de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Expositions

Préhistoire, affaire de temps et d’origine

1

commentaire

Pour l’homme d’aujourd’hui, la notion de préhistoire a toujours existé, elle se confond avec les dinosaures, les cavernes ou la guerre du feu. Pourtant c’est une notion relativement moderne, qui a commencé à naître au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle, grâce à la stratigraphie. A cette période, on apprend en effet à distinguer les « époques de la nature » dans les couches de la terre. Puis, vers le milieu du XIXe siècle, on apprend que l’homme a eu sa place sur la planète bien avant ce que l’on imaginait, en particulier par la découverte accidentelle des premiers objets symboliques […]

lire la suite .../ ...
Retour à la matière

Retour à la matière

0

commentaire

Depuis qu’il est responsable de la programmation artistique de La Verrière, ce lieu d’exposition (sous verrière) prolongeant le magasin Hermès de Bruxelles, Guillaume Désanges a tenu à fonctionner par cycles. Un premier, Des gestes de la pensée (2013-2016), se plaçait sous la houlette de Duchamp et tendait à prouver que les artistes pouvaient tout autant faire preuve de conceptualisme que de formalisme. Un deuxième, Poésie balistique (2016-2019), voulait montrer l’écart existant les intentions et le résultat dans certaines formes d’abstractions radicales, la manière dont la poésie s’infiltre, souvent à l’insu du créateur, dans l’œuvre d’art. A chaque fois, une exposition […]

lire la suite .../ ...
Théâtralités anciennes et contemporaines

1

commentaire

Ces dernières années, on a de plus en plus assisté à la réhabilitation, dans des galeries d’art contemporain, d’artistes un peu oubliés ou en passe de l’être et à la confrontation d’artistes d’aujourd’hui avec des artistes historiques. Emmanuel Perrotin, par exemple, représente les successions Hartung et Soto. Christophe Gaillard, qui défendait déjà Michel Journiac et Daniel Pommereulle, vient d’ajouter à sa liste les noms de Ceija Stojka, cette artiste autrichienne que l’on avait découvert à la Maison Rouge et qui a livré un témoignage bouleversant sur les camps de concentration (cf http://larepubliquedelart.com/la-demesure-et-lhumilite/), et de Pierre Tal Coat. Quant au critique […]

lire la suite .../ ...
Jeunes, artistes et européens

0

commentaire

La Fondation Cartier a eu l’idée à la fois folle et ambitieuse, avec Jeunes artistes en Europe, de consacrer une exposition « à la diversité des voix et à la vitalité des échanges qui animent le vaste territoire artistique européen ». Folle et ambitieuse, parce que, quand on sait le nombre de jeunes artistes que l’on recense sur notre Vieux Monde, on se demande comment on peut faire une sélection qui tienne dans une seule exposition, qui plus est de taille tout à fait raisonnable, puisqu’elle n’occupe (si l’on peut dire) que les deux niveaux du bâtiment. On pense alors qu’il s’agit […]

lire la suite .../ ...
Le dessin à la fête

Le dessin à la fête

0

commentaire

Cette semaine, à Paris, c’est la semaine du dessin et jusqu’à la fin du week-end se tiennent simultanément le Salon du dessin au Palais Brongniart, Drawing Now, le salon du dessin contemporain, au Carreau du Temple et DDessin dans l’ancienne imprimerie du magazine L’illustration, rue de Richelieu. Si le premier, qui propose des feuilles classiques ou de l’art moderne, en est à sa 28e édition, le deuxième, qui se concentre sur le dessin d’aujourd’hui, n’en est qu’à sa 13e, mais il a su trouver une place particulière dans la longue liste des foires qui fleurissent, désormais, tout au long de […]

lire la suite .../ ...
Houseago et Schütte, les deux Thomas, sculpteurs monumentaux

1

commentaire

Dans la sculpture contemporaine, les artistes qui s’attaquent à des formats monumentaux ne sont pas légion. Il faut une force psychologique pour se confronter à l’héritage de l’histoire de l’art et se lancer dans une aventure, souvent coûteuse et longue, qui ne permet aucun droit à l’erreur. Et une force physique pour aborder la matière, surtout si l’artiste s’y implique directement, qu’il ne délègue rien et que la trace de sa main y est présente. C’est le cas de Thomas Houseago, ce sculpteur anglais né à Leeds, dans une famille modeste, qui pratiqua très tôt le dessin et qui eut […]

lire la suite .../ ...
Hammershøi et Vuillard, intérieurs contrastés

4

commentaires

Une fois n’est pas coutume : parlons d’un art qui n’est pas contemporain, mais qui a beaucoup influencé les contemporains. Je veux évoquer les expositions Hammershøi et Les Nabis et le décor qui se tiennent respectivement au Musée Jacquemart André et au Musée du Luxembourg. Vilhelm Hammershøi -faut-il le rappeler ?- est un peintre danois né en 1864, dans une famille bourgeoise ouverte à la culture, et mort en 1916. Très jeune, il manifeste des dons pour le dessin et ses parents l’encouragent dans cette voie (son frère est également peintre). Après des études à l’Académie royale des Beaux-Arts  de Copenhague, il […]

lire la suite .../ ...
Après les seventies, les eighties…

0

commentaire

Enfin une exposition « fun » à la Villa Arson ! Enfin, « fun » ne veut pas dire pour autant superficielle, légère ou simplement divertissante, mais il est vrai qu’elle tranche, tant par le choix des artistes que par le concept mis en œuvre, sur la radicalité et le cérébralisme auxquels nous a habitué le centre d’art niçois. De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’une exposition intitulée Tainted Love, du nom du tube du duo Soft Cell qui fit les beaux soirs des discothèques au début des années 80, et elle a été conçue par Yann Chevalier, qui est le directeur du Confort Moderne de […]

lire la suite .../ ...
Ellsworth Kelly, fenêtres sans vue

3

commentaires

C’est une petite exposition, mais qui en vaut bien une grande. Et elle constitue une sorte de retour aux sources, puisque la « Fenêtre » qu’Ellsworth Kelly réalisa, en 1949, d’après une de celles du Musée national d’art moderne situé alors dans l’actuel Palais de Tokyo et dont il fit don au musée quelques mois avant sa mort, en 2015, y figure. Elle y figure au même titre que les cinq autres que l’artiste réalisa lors de son séjour en France, entre 1948 et 1954, et qui préfigurent son esthétique à venir. Mais peut-être est-il nécessaire de faire un rapide retour en […]

lire la suite .../ ...
Forêts puissantes

Forêts puissantes

2

commentaires

Récemment, à l’occasion de l’exposition des attentions qui se tient actuellement au Crédac d’Ivry, je vous parlais de Daniel Steegmann Mangrané, cet artiste espagnol qui vit actuellement au Brésil et qui est fasciné par la forêt tropicale (cf http://larepubliquedelart.com/lindividuel-dans-le-collectif/). Et j’évoquais les quatre très beaux hologrammes qui figurent dans l’exposition et qui mettent en scène des phasmes, ces étranges insectes qui ont la forme de bâtonnets et qui se fondent au point de sembler disparaître dans l’environnement dans lequel ils évoluent. C’est encore le phasme qui est au cœur de l’exposition qu’il présente actuellement à l’IAC (Institut d’art contemporain) de […]

lire la suite .../ ...
Pratiques singulières

Pratiques singulières

0

commentaire

La semaine qui vient de s’achever a été dominée par DAU, ce projet pharaonique et sans substance, cette gigantesque coquille vide (qui occupe tout de même les espaces du Théâtre de la Ville et du Châtelet en travaux, ainsi qu’un lieu dans les collections permanentes du Centre Pompidou) mais dont on n’a toujours pas compris l’enjeu, cette téléréalité à la mode soviétique qui cherche à hypnotiser le spectateur (fin ce dimanche 17 Février). Mais pendant ce temps, plus modestement et avec d’autres moyens, les galeries parisiennes continuent leur travail de friche et de consolidation. On a repéré quelques pratiques singulières. […]

lire la suite .../ ...
Le come-back des seventies

Le come-back des seventies

2

commentaires

Dans les années 70, l’idée de la modernité, c’était Vasarely. Dans les films, sur les couverture de livres et de disques, dans les émissions de télévision (en particulier celles de Jean-Christophe Averty), dans les magazines, lorsqu’on voulait signifier qu’on était de notre temps, on reproduisait les carrés et les ronds de celui que l’on peut considérer comme le père de l’art optique. C’était l’époque où Courrèges créait ses robes en métal géométriques, où l’on portait des pantalons à pattes d’eph et où le futur était associé à la conquête de l’espace (2001, le film de Kubrick était sorti en 68 […]

lire la suite .../ ...
L’individuel dans le collectif

0

commentaire

Dans les expositions collectives, c’est souvent le commissaire qui tient lieu de vedette. Il (ou elle) pas choisit un thème ou énonce une proposition et sélectionne les oeuvres qui semblent l’illustrer ou qui lui en ont donné l’idée. Certains (on se souvient, par exemple, des shows organisés par Eric Troncy ou, plus récemment par Guillaume Désanges) y parviennent très bien et font de leur démonstration un brillant exercice de style, qui parvient à soulever une vraie problématique. D’autres sont plus laborieux et font parfois entrer les œuvres à coup de chausse-pied dans leur concept. Mais on trouve régulièrement, au sein […]

lire la suite .../ ...
Le langage et le son

Le langage et le son

0

commentaire

Il y a quelques semaines, j’évoquais les artistes qui ont fait de la musique la matière première de leur travail et je parlais de l’exposition d’Emilio Vedova autour du Prometeo de Luigi Nono à la galerie Thaddaeus Ropac (cf http://larepubliquedelart.com/de-la-musique-avant-toute-chose/). Cette exposition se tient toujours (jusqu’au 16 février) au dernier étage de la galerie, mais aux deux premiers niveaux, c’est l’œuvre d’un autre artiste qui a choisi d’explorer la matière sonore qui est présentée : Oliver Beer. Oliver Beer, on l’avait découvert il y a quelques années au Palais de Tokyo, au Mac de Lyon et à l’ouverture de la Fondation […]

lire la suite .../ ...
Au coeur de la nuit

Au coeur de la nuit

0

commentaire

La nuit a toujours été le monde des rêves, de l’inconscient, donc des artistes. Cet état de fait s’est particulièrement vérifié au moment du romantisme, c’est-à-dire à l’époque où les peintres et les poètes (allemands en particulier) ont exalté la nuit, en ont fait la confidente de leurs amours tourmentés, l’ont fait vibrer au rythme de leurs pulsions et de leurs affects. Mais la fin du XIXe siècle et le XXe, avec le symbolisme et l’invention de la psychanalyse par exemple, ont débusqué d’autres nuits, moins immédiates, plus liées aux mythes fondateurs ou au moi intime. Et la conquête de […]

lire la suite .../ ...
Vincent Gicquel: « Ecce Homo »

Vincent Gicquel: « Ecce Homo »

0

commentaire

Longtemps resté dans l’ombre, le travail de Vincent Gicquel connait, depuis plusieurs mois, une reconnaissance particulière. On l’a vu au printemps dernier à la foire Art Paris, puis, au début de l’été, dans un doublé rennais (cf http://larepubliquedelart.com/louest-du-nouveau/), à la fois en solo, pour un ensemble de grandes aquarelles à la Criée et dans l’exposition de groupe Debout, présentation d’une partie de la collection Pinault au Couvent des Jacobins (le fait que François Pinault ait acheté plusieurs œuvres de l’artiste n’est évidemment pas pour rien dans cette soudaine médiatisation). Il expose cet automne pour la première fois dans la prestigieuse […]

lire la suite .../ ...
Jean-Luc Mylayne ouvre les portes du Paradis

0

commentaire

Demandez à quelqu’un du milieu de l’art en France s’il connaît Jean-Luc Mylayne et il vous répondra, dans 90% des cas : « Jean-Luc Moulène ? » Eh bien non, il ne s’agit pas de Jean-Luc Moulène, même si nous n’avons rien, bien évidemment, contre cet artiste, mais bien de Jean-Luc MYLAYNE, un artiste qui est loin d’être un nouveau venu, puisqu’il est né en 1946 et qu’il est actif depuis le début des années 80. Un artiste qui a été peu vu dans son pays natal (sa dernière exposition remonte à 2009 au MAC de Lyon), alors qu’il est célébré à l’étranger et […]

lire la suite .../ ...
Duchamp dans son élément

Duchamp dans son élément

1

commentaire

On ne sait pas avec certitude si Marcel Duchamp a jamais visité le Musée des Arts et Métiers, même si certains historiens suggèrent que ce fut le cas. Quoiqu’il en soit, même s’il ne l’a pas fait, il aurait pu s’y rendre et s’y serait trouvé parfaitement dans son élément, lui qui, lors d’une visite au Salon de la Locomotion, en 1912, avec Léger et Brancusi, affirmait, voyant une hélice d’avion : « C’est fini la peinture. Qui ferait mieux que cette hélice ? » Il était donc cohérent qu’à l’occasion du 50e anniversaire de sa mort, ce musée rende hommage à Duchamp en […]

lire la suite .../ ...
Ouvrir sur le monde ou pas

Ouvrir sur le monde ou pas

0

commentaire

Fondée en 2014, la Bourse Révélations Emerige s’adresse aux artistes de moins de 35 ans, français ou vivant en France et n’étant pas représentés par une galerie, c’est-à-dire à ceux qui, ayant terminé leurs études, traversent cette période délicate entre l’accompagnement de l’école ou de l’université et les premiers pas individuels dans le milieu professionnel. Le ou la lauréat(e) bénéficie d’un atelier et de la somme de 15 000€ pour réaliser sa première exposition personnelle. Car un des plus grands mérites de cette Bourse est d’associer chaque année une galerie différente, qui participe à la sélection des candidats et qui expose […]

lire la suite .../ ...
A Nice l’OVNi a pour nom vidéo

3

commentaires

Nice, ville de cinéma, l’histoire est longue et fructueuse. Pendant plusieurs décennies, de nombreux films furent tournés aux Studios de la Victorine, parmi lesquels Les Enfants du Paradis de Carné/Prévert (le célèbre « boulevard du Crime » parisien fut entièrement reconstitué en studio) et La Nuit américaine de Truffaut. Mais depuis quelques années, la « Baie des anges » est aussi devenue un haut-lieu de la vidéo, cet autre aspect de l’image animée, qui représente un des médiums de base de l’art d’aujourd’hui, avec le Festival OVNi (Objectif Vidéo Nice) qui a vu le jour à l’Hôtel Windsor. Dans cet hôtel arty du centre-ville, […]

lire la suite .../ ...