de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art
Franz Erhard Walter: « Quand les attitudes… »

Franz Erhard Walter: « Quand les attitudes… »

…deviennent formes ». On connait le titre de la célèbre exposition organisée par Harald Szeemann en 1969 à la Kunsthalle de Bern, qui a été réactivée  il y a deux ans, pendant la Biennale de Venise (cf http://larepubliquedelart.com/venise-2-demeler-et-reactiver/). Franz Erhard Walther participait d’ailleurs à cette exposition. Et si un travail pouvait se résumer par ce titre, c’est bien le sien, car pour prendre pleinement leur sens, les œuvres de l’artiste allemand né en 1939, ont besoin d’être mises en mouvement, d’être investies par le corps humain. Ce n’est qu’alors qu’elles prennent leur formes définitives, que dans l’intervention, mentale ou effective, du spectateur qu’elles existent vraiment. « Le corps décide » : tel est le titre de l’exposition que lui consacre le CAPC de Bordeaux, la plus grande jamais consacrée en France à cet artiste. Elle permet  de mesurer son importance historique et le rôle qu’il a joué auprès de nombreux artistes d’aujourd’hui se réclamant de la performance.

Le travail de Franz Erhard Walter est encore mal connu dans notre pays, même si la galerie française qui le représente, Jocelyn Wolff, l’a déjà montré à plusieurs reprises. Pourtant, c’est un des artistes majeurs de la scène allemande, qui a suivi l’enseignement de Beuys à l’Ecole des Beaux-Arts de Francfort et de Düsseldorf (avec Gerhard Richter et Sigmar Polke) et qui a lui-même enseigné aux Beaux-Arts de Hambourg à des étudiants tels que Martin Kippenberger, Rebecca Horn ou Jonathan Meese. Outre la fameuse exposition d’Harald Szeemann déjà citée, il a déjà participé à la Documenta 5 de 1972 et son œuvre a été montrée dans de nombreuses institutions, dont, récemment, la DIA Art Foundation de New York. Celle-ci se situe à mi-chemin entre la sculpture minimaliste, l’art conceptuel et la performance. Dès ses premières œuvres, réalisées alors qu’il était encore étudiant (comme 1. Werksatz 1963-1969, composée d’éléments en tissus sur lesquels sont cousus des poches et des plis), il a mis en œuvre une notion, essentielle pour lui, d’interaction et d’usage. Car les pièces qu’il produit sont des formes élémentaires que le spectateur peut utiliser pour repenser l’espace. Dans certaines vidéos présentées au CAPC, on voit d’ailleurs Franz Erhard Walter expérimenter lui-même certaines œuvres et, à partir, de simples morceaux d’étoffe, explorer toute la gestuelle offerte ou engendrée par cet espace. En bon élève de Fluxus, il a fait en sorte que le processus participatif devienne au moins aussi important (si ce n’est plus)  que l’œuvre et qu’il en devienne une part intégrante.

02- Expo Franz Erhard Walther, Le Corps decide, CAPC musee 2014-15 Photo Arthur PequinEn fait, quand on s’intéresse aux arts de la scène, on voit à quel point des créateurs comme Robert Wilson ou d’autres performers ont pu s’approprier certaines théories de  Franz Erhard Walter. Car les notions d’immobilité et de pesanteur sont aussi fondatrices de son travail. Dans le petit guide de visite distribué à Bordeaux, il est écrit que « l’idée est de sentir, dans l’immobilité ou le déplacement très lent, peu à peu son corps, les effets de la pesanteur, et son lien à l’espace ou à l’autre. (…) Le corps, le temps et l’espace deviennent les matériaux qui constituent la sculpture. » Ce sont des propos que pourrait parfaitement tenir l’auteur du Regard du sourd. De même que les définitions, entre autres, de l’espace et du temps qui sont reproduites dans ce même document et que je cite ici : « – Espace : En premier lieu, naturellement, ceci désigne l’espace donné, l’espace extérieur, l’espace physique, l’espace qui est visible. Il peut également se référer à l’espace interne. J’utilise également le mot « espace » pour une espèce de forme particulière d’extension qui peut être soit interne soit externe. – Temps : Je veux dire par là se poser, réfléchir au temps, créer des concepts de temps. Ce qui peut émaner de l’expérience. Je vois le temps comme étant plus fluide que spatial. A ce titre, il diffère de la durée qui a une dimension plus spatiale en raison de son aspect statique. »

Sous la grande nef du CPAC, ce sont donc des œuvres (sculptures, mais aussi dessins et archives photographiques)  des années 60 à nos jours qui sont présentées. Pour des raisons de logistique, seules quelques pièces sont praticables par le public (des éléments en acier sur lesquels on peut marcher, d’autres en tissus dans lesquels on peut se coucher). Et celui-ci ne s’en prive pas, qui expérimente avec  une réelle jouissance cette forme d’art dont il est autant l’acteur que le spectateur. On peut alors regretter que tout ne soit pas manipulable par les gens et que certaines  pièces restent figées attendant le souffle et le mouvement qui leur donneront sens et vie, mais la force de ce travail est qu’il est aussi activable mentalement, qu’il est le tremplin à partir duquel on peut envisager le mouvement et que les oeuvres existent malgré tout par elles-mêmes. Car il y a une forme de beauté à voir ces éléments de tissu multicolores, ces lettres de l’alphabet ou ces blocs de bois sagement alignés sur le sol et composant une sorte de paysage imaginaire (les étages du CAPC permettent cette vision « globale »). Bien sûr, c’est l’activation qui fonde l’œuvre et qui la déploie dans l’espace ; bien sûr, sans elle, elle reste lettre morte et objet sans fondement. Mais elle n’en possède pas moins une réelle valeur esthétique. Et c’est la richesse de l’œuvre de Franz Erhard Walter qui permet ce double statut. Une œuvre dont on n’a pas fini de mesurer la profondeur et qui devrait logiquement retrouver  la place qui lui est due dans l’histoire de l’art performatif de ces cinquante dernières années.

F-Franz Erhard Walter, Le corps décide, jusqu’au 8 mars, au CAPC, musée d’art contemporain, 7 rue Ferrère 33000 Bordeaux (www.capc-bordeaux.fr). L’exposition est coproduite par le WIELS, centre d’art contemporain de Bruxelles, où elle a déjà été présentée.

  Images : Franz Erhard Walther, Lager der Probenähungen (Stock des premières oeuvres cousues), depuis 1969. Collection The Franz Erhard Walther Foundation; Metallarbeit / Strecke und halbe Strecke. Zwei Richtungen (Travail des métaux / Route et demi route. Deux directions), 1977. Courtesy KOW, Berlin. Vues de l’exposition Franz Erhard Walther, Le Corps décide / The Body Decides, CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux, nov. 2014 – mars 2015. Photos : Arthur Péquin; Sehkanal (First Work Set, element # 46), 1968. Vue de l’exposition Dia:Beacon, Riggio Galleries, Beacon, 2011. Courtesy The Franz Erhard Walther Foundation et Dia Art Foundation, New York. Photo : Paula Court

Cette entrée a été publiée dans Expositions.

0

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*