de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art
Formes multiples au Centre Pompidou-Metz

Formes multiples au Centre Pompidou-Metz

On ne saurait imaginer deux expositions plus différentes que celles proposées actuellement par le Centre Pompidou-Metz : Formes simples, imaginée par Jean de Loisy, et 1984-1999, La Décennie, « curatée » par Stéphanie Moisdon, dans une scénographie de Dominique Gonzales-Foerster. Différentes par les époques qu’elles recouvrent, d’abord : des quasi-débuts de l’humanité jusqu’au XXe siècle pour la première, quelques années bien ciblées de la fin du XXe siècle pour la seconde, puisque, comme l’indique son titre, elle s’attache à une décennie bien particulière. Mais différentes aussi par leurs approches : alors que la première, qui est transversale et regroupe aussi bien des œuvres d’art que des objets utilitaires ou d’artisanat, se veut pédagogique et universelle, la seconde, qui est conçue elle-même comme une sorte d’installation, met tout sur le même pied et laisse le spectateur faire son propre parcours à l’intérieur des œuvres.

Formes simples est née de la fascination qu’éprouve Jean de Loisy (en collaboration avec Pierre-Alexis Dumas, le président de la Fondation Hermès, qui participe à l’exposition, et Laurent Le Bon, ancien directeur du Centre Pompidou-Metz passé maintenant au Musée Picasso) pour ces formes venues de la nuit des temps, en apparence très simples, mais en réalité très complexes, et sur lesquelles la main de l’homme semble avoir eu peu d’impact. Il s’agit, par exemple, d’un bol japonais, d’un vase égyptien, d’une hache polie en Nouvelle-Zélande ou d’une idole syrienne. Autant d’objets presque quotidiens, mais dont la pureté de la forme semble receler des mystères insondables. Et pour le commissaire, la pertinence de les confronter à des œuvres d’art du XXe siècle et de les montrer dans un musée consacré à l’art moderne et contemporain est qu’au début de ce XXe siècle révolutionnaire, c’est-à-dire à l’aube de la modernité, les artistes eux-mêmes ont vu dans ces formes parfaites une réponse aux questions qu’ils se posaient. Ainsi, Duchamp (toujours lui), visitant en 1912, en compagnie de Brancusi et de Léger, le Salon de la Locomotion aérienne se serait arrêté, subjugué, devant une hélice et aurait déclaré : « C’est fini la peinture. Qui désormais pourra faire mieux que cette hélice ? »

tete_dune_grande_statuette_feminine-98-022315Mais en vérité, le retour aux formes simples est patent depuis la fin du XVIIIe siècle. Comme l’explique Jean de Loisy, dans un article paru dans Le Monde d’Hermès de janvier 2014 : « D’un point de vue historique, ces formes, qui étaient très présentes dans les sociétés archaïques, ont disparu en Occident vers le Ve siècle av. J.C. avant de réapparaître – c’est en cela que c’est un propos sur la modernité – à la fin du XVIIIe siècle, sous une triple influence. Tout d’abord les découvertes archéologiques qui ont fasciné les artistes, de l’égyptomanie aux grandes séances de fouilles en Grèce au XIXe siècle, où l’on a redécouvert, entre autres, la civilisation cycladique. Puis la technologie, avec l’art des ingénieurs dont Eiffel est un exemple majeur, et une sorte de gnosticisme, qui suscite alors un nouvel intérêt pour les formes primordiales exprimant le rapport de l’homme au cosmos. Enfin, les mathématiques et les sciences, et notamment la biologie qui s’intéresse à ce moment-là au principe de croissance des os, des cellules, des plantes… Ainsi, les références sont toujours très précises lorsque tel biologiste influence Henry Moore ou tel ingénieur inspire Brancusi. »

Divisée en 17 cellules qui ne respectent pas une chronologie mais regroupent les œuvres en fonction de leur thème ou de leur nature (les « formes-forces », les « formes mathématiques », les formes génératrices, entre autres), l’exposition montre donc la forme simple sous toutes ses composantes (plus de 200 œuvres sont présentées). On y voit aussi bien des pièces autour de la lumière (dont une sublime installation d’Olafur Eliasson), que d’autres autour de l’impact du souffle (qui est l’expression même de la vie) sur le verre, qu’une série d’œuvres autour la lune (forme changeante et parfaite) qui est à l’origine de tant de mythes, que des pièces provenant de civilisations extra européennes. Et les artistes dits « de la modernité » sont bien sûr très présents avec les « Oiseux dans l’espace » de Brancusi, « L’Air de Paris » de Duchamp ou les photos de Man Ray des objets mathématiques, qui sont eux-mêmes des formes abstraites réalisées par les scientifiques de la fin du XIXe siècle pour matérialiser les conséquences physiques invisibles de leurs calculs. C’est magnifique, insondable, envoutant, et on pourrait rester des heures devant ces pièces qui, derrière leur simplicité première, cache toute la richesse et toute la complexité du monde. Surtout, elles révèlent une dimension qui est à l’œuvre dans la plupart des expositions dont Jean de Loisy a assuré le commissariat (Traces du Sacré au Centre Pompidou, Les Maîtres du désordre au musée du Quai Branly, par exemple) : la spiritualité. Car c’est aussi notre rapport à l’univers et au cosmos qu’interrogent ces œuvres aux formes énigmatiques, notre place dans l’histoire et dans les civilisations, la manière dont la nature et la culture se combinent, parfois, pour produire des œuvres qui résistent au temps et, sans qu’on sache très bien pourquoi, nous contiennent entièrement.

 

Parreno 1Si Formes simples a à faire avec l’intemporel, 1984-1999, La Décennie, au contraire, s’inscrit une temporalité bien précise, celle qui a fait suite au bling-bling des années 80, celle qui s’est constituée sur la mort des idéologies, celle qui a vu les ravages causés par le virus du SIDA. Une génération de crise, donc, qui a expérimenté une autre manière de vivre ensemble et qui, dans le champ des arts plastiques, a fait en sorte que l’œuvre perde de son autonomie pour s’ouvrir aux autres, que l’exposition sorte de son cadre habituel pour s’étendre à d’autres (on était dans la fameuse « esthétique relationnelle » théorisée par Nicolas Bourriaud). De cette génération ont émergé des artistes comme Liam Gillick, Rirkrit Tiravaija, Félix Gonzales Torres, Douglas Gordon  ou Dominique Gonzales-Foerster. Une génération dont l’influence est encore considérable et qui a encore une place de choix dans le paysage artistique actuel, comme l’ont prouvé, l’automne dernier, les expositions de deux de ses plus illustres représentants : Pierre Huyghe et Philippe Parreno.

Pour lui rendre hommage, Stéphanie Moisdon, qui en fut un des « théoriciens », préfère concevoir une exposition comme celles que l’on proposait à l’époque (et qu’on propose d’ailleurs encore souvent aujourd’hui), plutôt que de la mettre en perspective. Mais peut-être est-il trop tôt pour envisager déjà une distance critique. On entre donc dans cette exposition comme dans un immense terrain de jeu où les œuvres se regardent, s’interpellent, se répondent. Il n’y a pas de texte explicatif ou de notice d’intention, juste des cartels qui donnent les noms des artistes et les titres des œuvres, mais un habile système d’audiopens qui sont distribués gracieusement à l’accueil permet d’écouter des entretiens réalisés avec les artistes et les intervenants de l’époque et/ou les musiques qui ont accompagné la création des œuvres. Une salle de cinéma permet aussi de voir un certain nombre de films qui ont beaucoup compté pour ces plasticiens (et Dieu sait si le cinéma et la notion de fiction ont été importants à l’époque).

Plus qu’une exposition au sens classique du terme, il s’agit donc d’un souvenir, d’une madeleine de Proust que certains gouteront avec nostalgie et avec des anecdotes à associer à chacune des pièces présentées. D’autres, au contraire, les plus jeunes peut-être, resteront à la porte et auront l’impression d’une esthétique trop marquée et qui appartient déjà à une autre époque. La grande exposition sur les années 90 reste à faire, mais sans doute plus tard et par des gens qui n’en n’auront pas été des acteurs trop partiaux.

Formes simples, jusqu’au 5 novembre 2014, 1984-1999, La Décennie, jusqu’au 2 mars 2015, au Centre Pompidou-Metz, 1 Parvis des Droits de l’Homme, 57020 Metz (www.centrepompidou-metz.fr)

Un très beau catalogue  coédité par le Centre Pompidou-Metz et la Fondation d’entreprise Hermès et réalisé sous la direction de Jean de Loisy, avec des reproductions de nombreuses œuvres exposées, accompagne l’exposition Formes simples (296 pages, 39€).

Images : constantin brancusi, le poisson,1924, Plâtre blanchi, 13,5 x 43 x 2,5 cm, tirage du marbre veiné de 1922 (Philadelphia Museum of Art), Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris Legs Constantin Brancusi, 1957 © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMNGrand Palais / Adam Rzepka © ADAGP, Paris 2014. ; Groupe de syros, tête de figurine féminine provenant de Kéros, Grèce, cycladique ancien ii (2700- 2300 av J.-c.) Marbre, 27 × 14 × 10 cm Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Musée du Louvre, Paris Don Rayet, 1873 © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski ; Philippe Parreno, No More Reality (Twin Peaks), 1991 Acrylique sur bois, 250 x 195 x 100 cm Exposition collective No Man’s Time, commissaire : Eric Troncy, 06/07. – 30/09/1991, Villa Arson, Nice. © Philippe Parreno, 1991- Photo: DR

Cette entrée a été publiée dans Expositions.

0

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*