de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art
L’Ibéro-Amérique à la Fondation Hippocrène

L’Ibéro-Amérique à la Fondation Hippocrène

Située à deux pas de la Villa Emerige où se tient l’exposition En forme de vertige dont je vous parlais la semaine dernière (cf http://larepubliquedelart.com/revelations-emerige-2017-vaste-choix/), la Fondation Hippocrène bénéficie d’un lieu exceptionnel : le bureau de l’architecte moderniste Mallet-Stevens, qui a aussi conçu les immeubles voisins. Cette fondation, dirigée jusqu’à l’an passé par Michèle Guyot-Roze (elle vient de céder la présidence à son neveu, Alexis Merville, mais reste vice-présidente) a pour vocation de rapprocher les jeunes européens, en particulier dans le domaine de l’éducation et de la culture, et elle multiplie les projets en ce sens. Depuis plusieurs années, elle organise aussi un passionnant cycle d’expositions, Propos d’Europe, qui invite des centres d’art ou d’autres fondations européens à venir montrer une partie de leur collection à Paris. C’est ainsi qu’on a pu avoir, par exemple, un aperçu, en 2014, de la collection de la David Roberts Arts Fondation (DRAF) de Londres (cf  http://larepubliquedelart.com/trace-du-modernisme-la-fondation-hippocrene/) et, en 2016, de la KaviarFactory norvégienne (cf http://larepubliquedelart.com/une-scene-venue-du-froid/). L’intérêt de ces Propos d’Europe est de faire découvrir des scènes artistiques que l’on connait souvent mal en France. Et cette année particulièrement, car la fondation invitée, la Fondation Otazu, située non loin de Madrid et qui est dirigée […]

lire la suite .../ ...

0

commentaire

Les 10 Articles les plus récents

Galerie Christophe Gaillard

De tous les galeristes parisiens, c’est sans doute un des plus atypiques : Christophe Gaillard vient de la musique et du spectacle vivant et il n’a découvert les arts plastiques que […]

lire la suite .../ ...

Eve Pietruschi

Dans le programme de Memento Mori, le très beau ballet de Sidi Larbi Cherkaoui qui vient d’être créé à l’Opéra de Monte-Carlo (sur une musique de Woodkid), je lis ceci : […]

lire la suite .../ ...