de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art
Picasso, Aysha E Arar, Jean Claracq iconophages

Picasso, Aysha E Arar, Jean Claracq iconophages

L’histoire de l’art, on le sait, se nourrit d’elle-même. De nombreux artistes, lorsqu’ils créent, s’appuient sur des œuvres de maîtres anciens, souvent de façon explicite, mais parfois de manière totalement codée. Picasso fait partie de ceux qui ne cherchaient pas à dissimuler ses sources. On a pu le voir à travers ses séries sur Le Déjeuner sur l’herbe de Manet ou Les Ménines de Velasquez. Mais il ne s’est jamais contenté pour simplement reproduire l’image : il en a fait des variations, l’a interprétée, même déconstruite. C’est ce que montre très pertinemment l’exposition Picasso iconophage qui vient d’ouvrir dans le Musée parisien de l’artiste, sous la houlette de Cécile Godefroy et d’Anne Montfort-Tanguy. Elle s’articule autour de quatre thèmes : le héros, le Minotaure, le voyeur et le mousquetaire. La salle qui est consacrée au premier a pour pivot L’Enlèvement des Sabines de Poussin. Picasso la reprend pour évoquer la crise des missiles à Cuba en 1962, mais en souvenant d’une autre toile de Poussin, Le Massacre des Innocents, ainsi que d’une toile de David, Les Sabines. De même, lorsqu’il peint Massacre en Corée, il s’inspire de Manet et Goya pour donner au tableau sa composition. La deuxième salle s’articule autour de […]

lire la suite .../ ...

0

commentaire

Les 10 Articles les plus récents