de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Livres

Christian Dior / Christian Bérard, destins croisés

0

commentaire

Il ne reste que deux jours avant le réveillon de Noël et si vous cherchez encore quelque chose à mettre sous le sapin, je ne saurais trop vous recommander le beau et richement illustré livre que Laurence Benaïm vient de consacrer à Christian Dior et Christian Bérard, sous le titre La Mélancolie joyeuse. Laurence Benaïm, qui a collaboré entre autres à Vogue, Stiletto et au Figaro, est une journaliste spécialisée dans la mode et la culture, qui a écrit des biographies d’Yves Saint-Laurent, de Marie-Laure de Noailles et de Jean-Michel Frank. Elle connait donc bien les liens qui peuvent exister […]

lire la suite .../ ...
Définir le Beau

Définir le Beau

0

commentaire

« Un soir, j’ai assis la Beauté sur mes genoux. -Et je l’ai trouvée amère. Et je l’ai injuriée. », écrivait Rimbaud dans Une saison en enfer…La Beauté, un thème qui a toujours hanté l’histoire de l’art et autour duquel se sont focalisés de nombreux discours. Pendant longtemps, elle a été le but de l’art, au sens de l’harmonie, de l’équilibre, de l’idéal platonicien qui tend vers l’élévation de l’esprit. Puis, au XXe siècle, elle a été remise en question, d’abord avec les cubistes, puis avec tous ces mouvements qui préféraient l’expressif au Beau, même si les deux ne sont pas forcément […]

lire la suite .../ ...
Amy Sherald, Nathanaëlle Herbelin: le portrait et l’intime

0

commentaire

Célèbre aux Etats-Unis puisqu’elle a peint le portrait officiel de Michele Obama, qui est exposé à la National Gallery de Washington, Amy Sherald n’avait jamais été montrée en Europe. C’est désormais chose faite avec l’exposition qui s’est tenue chez Hauser & Wirth à Londres et dont la majeure partie est actuellement présentée dans l’espace monégasque de la galerie. L’événement est d’importance, car l’artiste fait partie des meilleurs portraitistes de la communauté afro-américaine, que l’on voit beaucoup en ce moment dans le milieu de l’art (et ce n’est que justice), mais à qui cette appartenance ne donne pas forcément du talent. […]

lire la suite .../ ...
Lumineuse Anna-Eva Bergman!

Lumineuse Anna-Eva Bergman!

0

commentaire

Quelle vie incroyable que celle d’Anna-Eva Bergman, que raconte Thomas Schlesser dans une biographie qui est parue récemment aux Editions Gallimard ! Quelle vie riche, tumultueuse, chaotique, faite de grande joie et de grande misère, d’exils permanents, de recherche intérieure…mais au fond, lumineuse comme l’indique le titre du livre, qui met le substantif et l’adjectif au pluriel, tant les vies de cette artiste sont multiples ! Elle est née en 1909, à Stockholm, mais elle passe son enfance dans le Sud-Est de la Norvège, chez son oncle et sa tante, où sa mère l’a laissée en pension, elle-même étant trop absorbée par […]

lire la suite .../ ...
Gilles Aillaud, pensée animale

Gilles Aillaud, pensée animale

0

commentaire

Depuis quelques années, on réévalue l’œuvre de Gilles Aillaud, ce peintre français mort en 2005, qui s’était surtout fait connaître par ses représentations d’animaux. Grâce en partie à la galerie Loevenbruck, qui le représente désormais. Ce n’est que justice, car Gilles Aillaud est une figure importante de la peinture française d’après-guerre, qui a fait partie -un peu malgré lui- du mouvement intitulé « la Figuration narrative ». Né en 1928, il est le fils de l’architecte Emile Aillaud. Après une brève carrière d’acteur, il se consacre à la peinture figurative, par rejet du conformisme qui avait atteint l’abstraction et par goût du […]

lire la suite .../ ...
John Giorno, Agnès Thurnauer: correspondances et mémoires

0

commentaire

Pendant longtemps, son nom -et surtout son visage- ont été associés au film d’Andy Warhol, Sleep, dans lequel on le voit dormir pendant plusieurs heures. Puis il a tracé sa propre route, en tant que poète, et des phrases tirées de ses œuvres et de son adhésion au bouddhisme (« You got to burn to shine », « Life is a killer », etc.) sont apparues dans les galeries d’art, écrites sur des fonds colorés, comme des mantras. En 2015, son compagnon et mari, Ugo Rondinone, lui consacra une sublime exposition au Palais de Tokyo, qui faisait état de tous ses talents et qui […]

lire la suite .../ ...
Fernand Léger fait son cinéma

0

commentaire

*J’ai été tellement pris par le cinéma que j’ai failli lâcher la peinture. », avouait Fernand Léger en 1954, c’est-à-dire peu de temps avant sa mort. Il est vrai que pour cet artiste, qui avait passé sa vie à mettre du mouvement dans sa peinture, le cinéma était l’art parfait, celui qui synthétisait ses recherches en matière de dynamisme, de contrastes, de rythme et qui était à la croisée de toutes les pratiques. Et il avait l’avantage de s’adresser aux classes populaires, ce qui ne laissait pas indifférent l’adhérent au Parti communiste, qui avait été le chantre du Front Populaire. […]

lire la suite .../ ...
Lire l’art

Lire l’art

0

commentaire

Ecrivain, poète, dramaturge, cinéaste, essayiste ou encore animateur de mouvement artistique, Jean Cocteau a tout vu, tout connu, été ami avec tout le monde. Et bien sûr il a dessiné, des milliers de dessins qu’il envoyait comme dédicaces à ses amis. Et peint, dans un style surréaliste un peu moins réussi. Mais il a aussi écrit sur l’art et ce sont ces Ecrits que Gallimard a eu la bonne idée de publier, sous la direction de David Gullentops. Ce sont surtout des articles ou des préfaces (rarement des textes très conséquents) que le Prince des Poètes a consacré à cette […]

lire la suite .../ ...
En tissant, en écrivant

En tissant, en écrivant

1

commentaire

Lorsqu’on est critique, il est d’usage, en fin d’année, de faire la liste des expositions qui vous ont marqué au cours des douze mois qui viennent de s’écouler. C’est à la fois une facilité parce qu’à cette époque, l’actualité n’est pas très riche et une manière de faire le point sur ce qui reste en mémoire, ce qui subsiste avec le temps. Par flemme ou pour ne pas avoir recours à ce marronnier, je m’en suis abstenu cette année. Mais si je l’avais fait, il est clair que j’aurais cité l’exposition de Josef et Anni Albers qui a ouvert à […]

lire la suite .../ ...
La face cachée des institutions

La face cachée des institutions

1

commentaire

Autant l’avouer, je n’avais pas lu le livre de Germain Viatte, L’Envers de la médaille, qui vient d’obtenir le Prix Pierre Daix 2021, lorsqu’il est paru cet été. Je ne l’avais pas lu et j’ai eu tort, car c’est un livre passionnant qui révèle des aspects peu connus et pas toujours très glorieux des coulisses des musées. Il s’agit en fait de deux textes que l’ancien conservateur du Musée national d’art moderne gardait dans ses tiroirs, parce qu’il était un peu embarrassé de les publier : le premier est consacré à Mondrian et le second à Dubuffet et ce qui les […]

lire la suite .../ ...
Reflets dans un oeil d’or

Reflets dans un oeil d’or

2

commentaires

Pour le grand public, le travail de Jean-Michel Othoniel s’apparente avant tout au Kiosque des Noctambules, cette commande réalisée en 2000 pour la bouche de la station de métro Palais-Royal. Il est vrai que cette sculpture, colorée et chatoyante, fait partie des monuments les plus courus de Paris et que de nombreuses personnes se font photographier devant elle. Elle a aussi défini un style Othoniel, fait de boules de verre multicolores, qui forment de grands colliers ou des arches spectaculaires. Un style que beaucoup qualifient aussi de décoratif, de léger, voire de kitsch. Il faut pourtant se souvenir que, lorsque […]

lire la suite .../ ...
Manet/Bataille: même combat

Manet/Bataille: même combat

0

commentaire

On ne dira jamais assez de bien de « Studiolo », la petite collection d’écrits sur l’art éditée par L’Atelier Contemporain. C’est une collection de poche, vendue à un prix modique de moins de dix euros et qui republie certains textes devenus rares, voire introuvables, d’auteurs importants sur des artistes qui ne le sont pas moins, d’autres étant inédits. Il y a des reproductions -en noir et blanc, mais compte tenu du prix, on ne peut en demander davantage- et le tout est imprimé sur un beau papier ivoire, dans une mise en page très élégante. On a d’ailleurs déjà eu l’occasion […]

lire la suite .../ ...
Quel art pour demain?

Quel art pour demain?

0

commentaire

Dans le petit milieu de l’art contemporain, Nicolas Bourriaud fait partie des acteurs que l’on écoute, même si on est souvent en désaccord avec lui et avec ses choix (comme celui, par exemple, de n’inclure aucun artiste français dans une exposition sur les années 2000 dont il s’est occupé récemment !). Car le fondateur de la revue Perpendiculaire, qui fut aussi le premier directeur (avec Jérôme Sans) du Palais de Tokyo, directeur contesté des Beaux-Arts de Paris et récemment directeur du MO.CO. de Montpellier (dont il vient d’être remercié), a toujours développé une pensée originale et un travail théorique qui a […]

lire la suite .../ ...
De haut en bas et de bas en haut

0

commentaire

La question de la hiérarchie des arts aura traversé tout le XXe siècle. Dès le Bauhaus qui mettait sur le même pied les différentes disciplines, mais même encore plus tôt, avec le questionnement sur les arts décoratifs, on s’est demandé s’il y avait encore des genres dits « nobles » ou pas. Et plus tard, avec le Pop Art, mais aussi avec les Nouveaux Réalistes, on a revendiqué l’intrusion dans des médiums aussi traditionnels que la peinture ou la sculpture d’éléments appartenant au quotidien, donc par essence à un registre mineur. Enfin, avec l’arrivée du cinéma, art initialement de divertissement qui a […]

lire la suite .../ ...
Non article pour un livre à ne pas lire

27

commentaires

D’habitude, je ne consacre pas l’intégralité d’un post à quelque chose que je n’aime pas. Il y a trop de choses que j’aime et mon rythme de publication n’est assez soutenu pour que je consacre toute mon énergie et mon temps à émettre un jugement uniquement négatif. Mais je ne peux m’empêcher de réagir au livre de Benjamin Olivennes, L’Autre Art contemporain, vrais artistes et fausses valeurs, qui vient d’être publié aux Editions Grasset (je tiens à préciser que j’ai acheté ce livre et que je ne l’ai pas reçu en service de presse). Même si je suis le plus […]

lire la suite .../ ...
De Dürer à Beuys: un lièvre allemand

0

commentaire

Quel lien entre Albrecht Dürer et Joseph Beuys, hormis le fait qu’il s’agisse de deux des plus grands artistes allemands de l’Histoire, que cinq siècles séparent ? Le lièvre, bien sûr. Le lièvre que Dürer a reproduit avec une stupéfiante précision dans son dessin de 1502 et celui -mort- auquel Beuys s’est adressé, le visage couvert de miel et d’or, lors de la célèbre action à la galerie Schmela de Düsseldorf, Comment expliquer les tableaux à un lièvre mort (il s’agissait d’une des premières expositions en galerie de l’artiste, au cours de laquelle il simulait une sorte de dialogue avec l’animal […]

lire la suite .../ ...
Le Pop, versant féminin

Le Pop, versant féminin

1

commentaire

On connait la place qu’occupe la femme chez les artistes hommes du Pop : figures iconiques chez Warhol (Marylin Monroe, Liz Taylor, entre autres), purs objets de désir chez Wesselmann, héroïnes de bandes dessinées chez Lichtenstein, etc. Et on sait aussi à quel point le Pop, en valorisant le quotidien, les biens de consommation, la vie ménagère, a puisé aux sources d’un monde qui appartient plutôt au registre dit « féminin ». Ce que l’on sait moins, c’est que de nombreuses femmes ont participé elles-mêmes à ce mouvement. Mais comme elles étaient femmes et que le monde de l’art était puissamment machiste (il […]

lire la suite .../ ...
Chef-d’oeuvre ou pas chef-d’oeuvre?

0

commentaire

En France, où le livre est plus souvent associé à la littérature, les éditions d’art ne font guère recette. Manque de public intéressé ou distribution trop restreinte, il faut se tourner vers les éditions anglaises, plus internationales, ou allemandes, davantage soutenues par les différentes structures -et maîtriser la langue de Shakespeare ou celle de Goethe-, pour satisfaire sa soif de connaissances en matière d’art ou de réflexions sur les artistes. Il faut donc saluer lorsqu’un éditeur de notre pays a le courage de se lancer dans cette aventure. C’est le cas de L’Atelier contemporain, une maison d’édition installée à Strasbourg […]

lire la suite .../ ...
Isabelle Alfonsi: « l’émancipation passe par le queer! » »

3

commentaires

Isabelle Alfonsi est galeriste. Avec Cecilia Becanovic, elle dirige Marcelle Alix, une des galeries les plus exigeantes et les plus prospectives de la scène bellevilloise. Et elle est aussi essayiste. Féministe convaincue, militante pour le droit des minorités, elle publie Pour une esthétique de l’émancipation aux Editions B42, un livre qui vise à déconstruire le modèle dominant qui régit le milieu de l’art aujourd’hui, en refusant l’idée d’un génie solitaire et désincarné, en se revendiquant du mouvement « queer » et en présentant les œuvres dans un autre contexte. Entretien. –La République de l’art : Votre livre s’intitule Pour une esthétique de l’émancipation. […]

lire la suite .../ ...
Sonia Delaunay, Louise Bourgeois: deux femmes puissantes

2

commentaires

Sonia Delaunay, Louise Bourgeois : deux artistes phares du XXe siècle, qui eurent une longue vie, mais aussi deux femmes qui durent lutter pour imposer leur travail dans un monde de l’art placé sous domination masculine. Deux biographies paraissent simultanément, qui leur sont consacrées, la première signée Sophie Chauveau chez Tallandier et la seconde signée Marie-Laure Bernadac chez Flammarion. Ce sont aussi deux manières radicalement différentes d’envisager l’art de la biographie. Après avoir raconté les vies de Botticelli, Filippo Lippi ou Fragonard, Sophie Chauveau s’empare de celle « magnifique » de Sonia Delaunay, cette artiste de la modernité qui n’en finit pas […]

lire la suite .../ ...