de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art
Le Prix Duchamp nouveau est arrivé

Le Prix Duchamp nouveau est arrivé

L’automne, on le sait, est la saison des prix. Dans le domaine des arts plastiques, ceux-ci ont pour noms Ricard et Duchamp. Comme le premier ne sera pas remis cette année (à cause de la crise sanitaire et du déménagement de la Fondation qui le remet, on a préféré un système d’accompagnement des artistes nominés plutôt que la proclamation d’un seul lauréat), reste le Prix Duchamp. Celui-ci se tient, comme depuis quelques années, au Centre Pompidou, et les nominés bénéficient tous d’un espace d’une même superficie. Et comme toujours, ces nominés sont au nombre de quatre : deux filles, deux garçons, parité oblige.

Celle que l’on connaît le moins bien est Alice Anderson, cette artiste qui vit en grande partie à Londres et qui est représentée par une galerie belge (La Patinoire-Valérie Bach). Son travail est assez complexe et relève autant de la danse et de la performance que du travail plastique à proprement parler. En fait, elle a séjourné auprès des Indiens Kogis de la Sierra Nevada en Colombie et elle s’est initiée à leur pratiques ancestrales qu’elle restitue dans des sortes de rituels au cours desquels elle recouvre des grandes toiles de traces de peinture, qu’elle plie ou froisse souvent après pour en faire des sculptures. Et elle associe ces danses-performances à une pratique où le cuivre, symbole de la connectivité numérique, joue un rôle essentiel, puisqu’elle s’en sert pour recouvrir des objets qui deviennent ainsi des statuettes ou totems contemporains. C’est assez beau, un peu formel, sans beaucoup d’émotion, mais suffisamment intrigant..

On connait mieux Kapwani Kiwanga, en revanche, qui faisait partie de la précédente sélection du Prix Ricard, où elle montrait une pièce qui est aujourd’hui au coeur d’une exposition présentée parallèlement dans la galerie Poggi nouvellement restructurée (on reviendra bientôt sur ce nouvel aménagement et sur les nouvelles orientations du galeriste). Au Centre Pompidou, elle reprend une série que l’on a déjà vue et qui se poursuit encore actuellement, Flowers for Africa. Le principe en est le suivant : en effectuant des recherches iconographiques –puisqu’elle est anthropologue de formation-, l’artiste s’est rendu compte que sur de nombreuses photos représentant des événements diplomatiques liés à l’indépendance de pays africains, il y avait des bouquets de fleurs. Elle a donc cherché à reconstituer ces bouquets (ou à demander à ses collectionneurs de le faire), avec l‘aide d’un fleuriste et en laissant une certaine part à l’interprétation. Et c’est ainsi qu’elle les montre, en prenant soin de ne pas les accompagner de la photo qui les a inspirés. Laissés à eux-mêmes, ils deviennent des objets ambigus, qui perdent un peu de leur signification et se fanent avec le temps, s’inscrivant dans la tradition des vanités. Cette série est caractéristique du travail conceptuel de Kapwani Kiwanga, mais on peut regretter que, pour ce Prix Duchamp, elle n’en ait pas donné un aperçu plus large.

Comme on peut regretter qu’Hicham Berrada, dont on a souvent apprécié l’oeuvre, ne présente ici qu’une vidéo, certes immersive et impressionnante –et là encore représentative de sa pratique-, mais restrictive. On connait les expériences de cet artiste chimiste, qui explore des phénomènes physiques pour en faire des objets esthétiques : il plonge dans des aquariums des produits chimiques et observe leur interaction qui sont pour lui comme les composantes d’un tableau vivant. Ici, il a activé les principaux composants du béton, ce matériau que l’être humain a concentré en des proportions gigantesques pour construire les villes. Et il a filmé au plus près ce qui se passait dans ce microcosme qu’il projette sur un écran géant. Cela donne une sorte de symphonie en noir et blanc, qui se compose un peu à la manière d’une toile abstraite, qui possède un fort pouvoir hypnotique et esthétique, mais qui peut aussi sembler un peu ennuyeuse et répétitive à la longue.

La proposition alors la plus réussie, sans doute parce que la plus diversifiée, est celle d’Enrique Ramirez, un artiste dont on a déjà fait le portrait dans ces colonnes (cf http://larepubliquedelart.com/enrique-ramirez/). Ce Chilien qui vit depuis plusieurs années en France (il a fait ses études au Fresnoy) reste très attaché à ses origines familiales, à son pays et à son histoire récente. Et c’est encore ce qui nourrit la magnifique et ample installation qu’il présente au Centre. Elle s’ouvre par un néon bleu (couleur de l’eau) qui dit : « Le futur ne cesse de se répéter, inséparable du passé ». Et une voile de bateau, si importante dans le travail de l’artiste (son père en fabriquait), lui fait face. Un peu plus loin, une assez surprenante vidéo où l’on voit une femme allaiter son bébé est le recto d’un grand écran sur lequel une autre vidéo est projetée, dans laquelle cette même voile s’enfonce dans l’eau et où apparaît le visage d’un migrant (en français, la « mère » et la « mer » sont des homophones). Et tout autour, des petites pièces rappellent l’attachement d’Enrique Ramirez aux thèmes du voyage, de l’exil, de la mémoire, de cette mer qui peut être aussi réconfortante que meurtrière (sous Pinochet, les cadavres des opposants politiques y étaient jetés). C’est beau, émouvant, généreux, remarquablement mis en espace et cela fait du bien dans un contexte où l’on a aussi besoin de messages positifs et porteurs d’espoir. Vous l’aurez compris, nous, si on devait voter, ce serait pour lui.

-Prix Marcel Duchamp 2020, jusqu’au 4 janvier au Centre Pompidou (www.centrepompidou.fr). Le nom du lauréat sera annoncé le 19 octobre.

Images : vues des installations de 1) Enrique Ramirez, 2) Alice Anderson, 3) Kapwani Kiwanga, 4) Hicham Berrada (photos Bertrand Prevost)

Cette entrée a été publiée dans Expositions.

1

commentaire

Une Réponse pour Le Prix Duchamp nouveau est arrivé

Patrick Scemama dit: à

C’est Kapwani Kiwanga qui a remporté le prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*