de Patrick Scemama

en savoir plus

Madrid célèbre l’art

Madrid célèbre l’art

Madrid n’est pas la ville européenne la plus dynamique en matière d’art contemporain, mais elle possède une foire, l’ARCO, qui mérite vraiment le détour. L’édition qui s’est achevée hier n’a pas déméritée. Elle s’est révélée d’excellente qualité et a présenté des stands très variés dans une circulation fluide, spacieuse et équilibrée. Outre la présence des grandes galeries habituées des foires internationales (les espagnoles Helga de Alvear et Juana de Aizpuru, les françaises Chantal Crousel et Lelong, l’allemande Esther Shipper, l’autrichienne Krinzinger, entre autres), l’intérêt de la foire est surtout son ouverture sur les scènes ibériques et sud-américaines, qu’on ne voit pas ailleurs en Europe, avec un regard bien sûr porté sur les galeries espagnoles et portugaises, mais aussi sur les galeries brésiliennes (nombreuses et présentant des artistes bien souvent inconnus dans nos contrées) et argentines. Un certain nombre de galeries présentait même des solos shows consacrés à des artistes sud-américains, comme la galerie Barro Arte Contemporaneo, qui montrait une performance pour le moins surprenante de l’argentin Diego Bianchi. Mais à côté de cette présence latino, un focus était porté sur un pays nordique, en l’occurrence la Finlande, qui promouvait quelques-uns de ses artistes les plus reconnus. On a pu y voir, par exemple, une très belle et émouvante série de photos d’Elina Brotherus (Ama Gallery) ou des vidéos assez pertinentes d’Heta Kuchka (FocusFinland Pavilion). Le secteur Opening, quant à lui, très prospectif, présentait de jeunes galeries et les stars de demain avec plusieurs très bonnes galeries françaises (Marcelle Alix, Emmanuel Hervé, Jérôme Poggi, Sultana), mais aussi des allemandes (Sommer & Kohl, Dan Gunn) ou une galerie italienne P420, qui avait fait le pari de montrer deux artistes de près de 80 ans, qui n’ont pas encore aujourd’hui  la reconnaissance qu’ils méritent : le premier, Paolo Icaro, sculpteur lié à l’Arte Povera, a fait partie de la fameuse exposition d’Harald Szeemann, When Attitudes Become Form ; la seconde, Irma Blank, dont le travail, lié à l’écriture, consiste à reproduire mécaniquement sur papier la structure d’un livre, mais uniquement à l’aide de signes, est actuellement présente dans l’exposition du Centre Pompidou, Modernités plurielles  (cf http://larepubliquedelart.com/les-tops-et-les-flops-de-2013/). Enfin, autre atout à mettre au crédit de la foire : le secteur ARCO Kids, qui permet aux enfants de s’initier joyeusement aux différentes pratiques artistiques et aux parents de visiter pendant ce temps-là en toute tranquillité les stands. Une bonne initiative à laquelle devraient penser les responsables de la FIAC !

005Mais Madrid est aussi riche d’excellents musées. Le Prado, bien entendu, qui mérite à chaque fois une visite, le Musée Thyssen qui présente en ce moment une exposition Cézanne ou le Reine Sofia, qui est devenu en quelques années, un des meilleurs musées d’art moderne et contemporain du monde (c’est là que sont exposés, entre autres, Guernica de Picasso et tous ses dessins préparatoires). Jusqu’à la fin mars, on peut y voir une passionnante exposition conçue d’ailleurs par un des plus grands critiques et commissaires français, Jean-François Chevier. Il s’agit de Formes biographiques, qui a pour sous-titre : « Construction et mythologie individuelle ». Le propos de l’exposition est de remettre en question la notion de « vie et d’œuvres » qui a gouverné l’histoire de l’art jusqu’au milieu du XXe siècle en mettant en avant des artistes  qui ont construit eux-mêmes leur propre mythologie sur le modèle du « Je est un Autre » rimbaldien. Et un premier exemple est pris chez Nerval qui a pris pour pseudonyme le nom d’une maison acquise par la famille de sa mère. Ou chez le sculpteur Etienne-Martin qui a développé un Abécédaire à partir des plans de sa maison d’enfance. On peut encore citer la photographe Claude Cahun, liée au Surréalisme (et qui a eu récemment une exposition au Jeu de Paume), qui s’est inventé un double. Ou Charles Meryon, un graveur du XIXe siècle qui a proposé toute une série de « vues de Paris » qui n’ont nullement pris en compte les transformations de son  époque pour recréer un vieux Paris transfiguré et presque méconnaissable. Passant d’une époque à une autre, d’un médium (le livre, la sculpture, la peinture) à un autre, l’exposition, qui se déploie en de nombreuses salles, explore avec brio toutes les phases et tous les aspects liés à la construction de « l’autobiographie ». On en sort avec le sentiment d’être plus intelligent !

Formes biographiques, jusqu’au 31 mars au Museo Nacional Centro de Arte Reine Sofia, Santa Isabel 52, E28012 Madrid (www.museoreinasofia.es)

Images : Paravent d’Etienne-Martin dans l’exposition Formes biographiques ; vues de l’ARCO)

 

Cette entrée a été publiée dans Marché.

0

commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*