de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art
Avec ou sans corps (plutôt avec) II

Avec ou sans corps (plutôt avec) II

Je vous ai parlé récemment de l’exposition sur le nu masculin qui se tient actuellement au Musée d’Orsay (http://larepubliquedelart.com/tout-tout-tout-vous-saurez-tout-sur-le-zizi/) et, dans mon dernier post, d’expositions dans les galeries parisiennes qui ont le corps pour thème (http://larepubliquedelart.com/avec-ou-sans-corps/). Une autre exposition qui se tient à la Backslash Gallery, une des galeries innovantes de ce nouveau coin arty qu’est le Haut-Marais (c’est-à-dire, en gros, tout ce qui trouve à proximité de la rue Notre-Dame de Nazareth) rentre dans ces deux catégories. Il s’agit d’A Corps perdus, un accrochage conçu par l’excellent Marc Donnadieu (actuellement conservateur en art contemporain au LaM de Lille) et qui traite du thème de la masculinité. En fait, à travers une sélection d’œuvres qui font appel à tous les médiums (photo, vidéo, peinture, sculpture, etc), Marc Donnadieu répond à l’exposition trop sage et trop convenue du Musée d’Orsay. Et il appelle un chat un chat, un homme un homme et n’hésite pas à montrer ce que Guy Cogeval, le directeur d’Orsay, n’a pas osé. On y voit donc  des représentations directes de la sexualité et surtout de l’homosexualité (les étonnants papiers découpés de Stefan Thiel ou les photos dérangeantes de Jan Groszer, un ancien psychiatre passé à l’art) ou des glorifications du corps désiré (les photos grand format du plasticien performer Jean-Luc Verna, qui a fait une œuvre d’art de son propre corps, ou une très délicate sculpture de l’artiste Angélique qui est un moulage transparent d’un pénis). Mais Marc Donnadieu est trop fin pour s’arrêter à une représentation frontale de la nudité masculine et il livre aussi d’autres états, plus diffus et subtils, de la condition de l’homme. Ainsi les deux photographes israéliens que sont  Tami Notsami et Adi Nes présentent-ils des portraits sensibles, le premier de participants de la Gay Pride de Tel Aviv, dans un pays où l’homosexualité est encore très mal acceptée, le second de militaires aux poses ambigües, dans ce même pays où la guerre est toujours présente ; Mohamed Bourouissa des images presque volées de détenus avec lesquels il échangeait des messages et qui donnent une image très physique de la vie en prison (l’ensemble de l’installation est à voir dans l’exposition d’une partie de la collection Pinault, A triple tour, qui se tient actuellement  à la Conciergerie) ; Fahamu Pecou une vidéo très pertinente sur le passage à l’âge adulte, qui montre un adolescent en train d’essayer d’enlever un tee-shirt soudain trop petit pour lui ; et Steve Cohen , le performer qui a été arrêté récemment Place du Trocadéro, parce qu’il se promenait nu, le sexe relié à un coq par un ruban (masculinité française) une photo de lui travesti. Seule fausse note, les photos surréalistes de Sabine Pigalle, qui font penser à celles, horrifiques, de Théo Mercier et dont on ne voit pas trop le lien avec le reste de l’exposition, si ce n’est par le titre : Homophobiens. Sinon, l’ensemble donne un bel exemple des postures et des conventions auxquelles l’homme doit encore faire face aujourd’hui.

A propos  de l’exposition du Musée d’Orsay, qui se termine début janvier, j’avais déjà souligné la qualité du catalogue, publié par Flammarion, qui est à mon avis plus intéressant que l’exposition. Grâce aux textes de Claude Arnaud et de Charles Dantzig, en particulier, qui font preuve d’une réelle qualité littéraire. Le premier, spécialiste de Cocteau, fait l’historique de la représentation de l’homme nu, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. Le second se borne à constater une absence, celle des réelles descriptions du corps masculin en littérature. Et on ne dira jamais assez le plaisir qu’il y a à lire de vrais textes d’auteurs dans des livres d’art. Ce catalogue s’impose donc comme un des musts des cadeaux à offrir pour ces fêtes de fin d’année (300 pages, 200 illustrations, 39,90€).

A Corps perdus, jusqu’au 21 décembre à la Backslash Gallery, 29 rue Notre-Dame de Nazareth 75003 Paris (www.backslashgallery.com)

Image : Adi NES, Untitled, 1999 , Photographie couleur montée sur pvc, 90 x 135 cm encadrée, Edition de 5, Courtesy Galerie Praz-Delavallade, Paris

 

Cette entrée a été publiée dans Expositions, Non classé.

0

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*