de Patrick Scemama

en savoir plus

Marcelle Alix

Marcelle Alix

C’est une des galeries influentes de ce nouvel eldorado de l’art qu’est devenu le quartier de Belleville. Fondée il y a trois ans par Isabelle Alfonsi et Cecilia Becanovic, deux jeunes femmes aux caractères complémentaires et à l’expérience déjà solide, elle avait initialement pour but de travailler avec de jeunes créateurs, en passant d’un médium à un autre et dans une totale communauté d’esprit. Une préouverture eut lieu avec une performance du duo Louise Hervé et Chloé Maillet, deux têtes chercheuses qui mêlent, dans des aventures feuilletonnesques qu’elles racontent sur un ton très professoral et humoristique, culture savante et références au cinéma populaire de série B, genre science-fiction. Puis la galerie ferma pour quelques travaux et réouvrit, quelques mois plus tard, avec une exposition de groupe, qui présentait, entre autres, un certain nombre d’œuvres d’artistes femmes. D’emblée, le ton était donné : conceptuel mais sans raideur, féministe mais sans radicalisme, exigeant mais sensible et raffiné. Et de cette ligne, les deux galeristes, qui préfèrent pourtant parler de « fragments », ne se sont jamais départies. Charlotte Moth a installé un rideau qui séparait la galerie en deux et des photos qui recensaient des éléments d’architecture ; Ernesto Sartori s’est réfugié au cœur de ses improbables sculptures-constructions en bois brut ; Mathieu K. Abonnenc a fait état de ses recherches sur la colonisation ;  Pauline Boudry et Renate Lorenz ont transformé l’espace en annexe des Folies Bergère à l’occasion d’une installation très « queer » sur le thème de Salomé et Aurélien Froment a mis en résonnance les éléments subtils de son intertextualité.SONY DSC Récemment, Marie Voignier a présenté ses films ethnographiques, au croisement du documentaire et de la fiction, et Laura Lamiel, une artiste déjà plus avancée dans la carrière, mais que l’on avait un peu perdue de vue, ses œuvres blanches et mystérieuses. Présente sur les grandes foires (de la Fiac à Frieze New York), cette jeune galerie a déjà acquis une réputation très solide auprès des institutions et des collectionneurs. Elle présente jusqu’au 15 juin l’exposition d’un autre duo : Marie Cool Fabio Balducci, deux performeurs-vidéastes qui transforment des gestes quotidiens en des rituels intemporels et fascinants.

Marcelle Alix, 4 rue Jouye-Rouve, 75020 Paris, www.marcellealix.com

Images: vue de la galerie, Cecilia Becanovic et Isabelle Alfonsi (photo Aurélien Mole)

 

Cette entrée a été publiée dans La galerie du mois.

0

commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*