de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art
L’Espace de l’Art Concret s’enrichit

L’Espace de l’Art Concret s’enrichit

L’Espace de l’Art Concret, ce très beau centre d’art de Mouans-Sartoux dont il a déjà souvent été question dans ces colonnes (cf, par exemple, http://larepubliquedelart.com/concret-vous-avez-dit-concret/) vient de rouvrir, avec un nouvel accrochage de ses collections. La particularité de ce centre, rappelons-le, est d’abriter la collection de Gottfried Honegger et Sybil Albers, qui furent les chantres de l’art concret, cette forme d’art née dans les années 30, sous l’impulsion de Théo Van Doesburg et qui voulait rompre avec la subjectivité et l’expressivité des mouvements artistiques précédents pour atteindre un mode de représentation de dimension universelle. Elle compte plus de 700 œuvres qui représentent les multiples tendances de l’abstraction géométrique et s’est enrichie récemment d’une donation d’Aurélie Nemours. Ce nouvel accrochage présente d’ailleurs un ensemble significatif des donations récemment entrées dans le fonds. Aurélie Nemours n’y est pas présente, mais on y trouve toute une pléiade d’artistes pas forcément très connus, mais qui ont souhaité continuer à faire vivre cette collection si particulière et des dons de galeries comme Jean Brolly ou la galerie Lahumière et de collectionneurs privés.
Parmi les artistes qui ont fait le choix de l’art concret (ou construit), on peut citer, par exemple, EMMANUEL. C’est dans les années 70 qu’il adopte ce positionnement artistique. Ce sont les questions d’espace, de plan et de rythme qu’il privilégie par une approche essentiellement sculpturale. Mais rapidement, il oriente sa pratique vers un questionnement plus existentialiste, son interrogation principale se portant sur l’illusion de la surface : qu’y a-t-il après, derrière la surface des choses ? Commencée à partir de feuilles de papier Canson blanc, noir ou gris qui sont le support de recherches formelles, l’œuvre d’EMMANUEL s’est ouverte au verre qui est devenu rapidement le seul support de ses créations et, dernièrement, à la photo numérique qui lui permet de capter des formes abstraites dans l’environnement urbain.

Déjà présent dans la collection, l’artiste a fait don, en 2015, d’un ensemble de 38 œuvres et de 6 dessins documentaires. Il occupe donc une place de choix dans l’actuelle exposition. On y découvre un travail d’un purisme extrême, basé sur une très grande modestie des moyens (pliage, découpage, incision) et qui privilégie une approche sérielle afin d’explorer toutes les potentialités d’un concept. L’espace y est omniprésent, soit par le jeu des interstices pour le papier, soit par les reflets pour le verre. Mais l’aspect ludique et la sensibilité n’en sont pas non plus absents.

On pourrait aussi citer Sigurd Rompza, cet artiste né en 1945 en Allemagne. Combinant peinture et sculpture, ses œuvres jouent en toute géométrie entre surface et espace, entre hauteurs et profondeurs, couleurs et expériences lumineuses. Ami de longue date de Gottfried Honegger et Sybil Albers, il a souhaité compléter le fonds de ses œuvres déjà présentes dans la collection en donnant à l’eac, en 2019, un relief blanc du début des années 1980, ainsi qu’un de ses derniers travaux jouant sur les modulations colorées (Farb-Licht-Modulierung 2018-8, 2018). Avec ses variations sur les volumes et les différentes nuances de la couleur bleu, celui-ci fait aussi partie des pièces qui retiennent l’attention.

Ou John Cornu qui propose une esthétique héritée du minimalisme et du modernisme (monochromie, sérialité, modularité). Invité en 2012 à choisir au sein de la collection une œuvre avec laquelle il entrait en « résonnance », il avait décidé de dialoguer avec une œuvre de Niele Toroni : Empreintes de pinceau n°50 répétées à intervalles de 30cm, 1975. Et il avait conçu une sculpture évoquant l’univers fantastique de l’ouvrage La Fièvre d’Urbicande autant que les productions de Mondrian et du groupe De Stijl, sculpture dont il a fait don à la collection. Celle-ci, avec des œuvres de Jean-François Dubruil, Gerhard Frömel, Fritz Glarner, Imi Knoebel, Guillaume Millet, Valery Orlov, Henri Prosi, Nelly Rudin, entre autres, est au centre de cette exposition, imaginée par Fabienne Grasser-Fulchéri, qui réserve de belles surprises et permet de poursuivre une expérience originale commencée il a près d’un siècle.

A noter que parallèlement, dans la galerie du Château se poursuit une exposition qui aurait dû s’arrêter en mai, mais qui a été interrompue à cause du confinement. Elle est consacrée à l’artiste espagnol Francisco Sobrino, un important représentant de l’art cinétique, co-fondateur du G.R.A.V. (Groupe de recherche d’art visuel) en 1961. Moins connu que les Julio Le Parc ou François Morellet avec lesquels ce groupe fut fondé, Sobrino n’en est pas moins un de ses représentants les plus emblématiques. Comme le dit le dossier de presse : « il explore le rythme et les systèmes combinatoires chers à l’art concret pour répondre, non pas à des problématiques de composition mais aux questionnements fondamentaux dans la création des années soixante, que sont la perception et le mouvement ». A découvrir donc.

Nouvelles donnes, La collection Albers-Honegger, jusqu’au 7 mars 2021 à l’Espace de l’Art Concret, Château de Mouans 06370 Mouans-Sartoux (www.espacedelartconcret.fr)

 Images : Jean-François Dubreuil, QXH2-Neue Zürcher Zeitung n°54 des 6/03/10, 2010, FNAC 2012-133, Centre national des arts plastiques, Espace de l’Art concret, Donation Albers-Honegger, © droits réservés ; EMMANUEL, Sans titre, 2009, FNAC 2012-135, Centre national des arts plastiques, Espace de l’Art concret, Donation Albers-Honegger, © droits réservés ; Francisco Sobrino, Labyrinthe de onze cubes peints blancs et noirs, 1985-2019, Prêt de la Famille Sobrino, Courtesy Galerie Mitterand, Paris, © photo eac © Adagp, Paris 2019

Cette entrée a été publiée dans Expositions.

0

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*