de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Expositions

Fin d’été au Centre Pompidou

1

commentaire

La rentrée s’approche et les galeries, qui sont encore toutes en pause estivale, s’apprêtent à affronter l’automne, période cruciale pour elles, puisqu’elle coïncide avec l’ouverture de la FIAC, fin octobre (un grand nombre ouvriront leurs portes dès le 5 septembre). On est donc dans un entre-deux, qui permet de voir des expositions qu’on n’avait pas eu le temps de voir avant les vacances ou qu’on avait survolées un peu trop rapidement. Comme l’exposition Mona Hatoum, par exemple, qui se tient jusqu’à la fin septembre au Centre Pompidou. Pour être tout à fait honnête, je ne connaissais pas bien le travail […]

lire la suite .../ ...
Garouste, peintre lettré

Garouste, peintre lettré

4

commentaires

On ne juge pas l’œuvre de Gérard Garouste, qui est présentée cet été à la Fondation Maeght de Saint-Paul de Vence, selon les mêmes critères que l’on juge celles d’autres peintres ou d’autres sculpteurs. Car l’artiste occupe une place à part dans le paysage culturel français de ces quarante dernières années, celle d’un OVNI qui a tracé un chemin qui n’appartient qu’à lui. Il est peintre, mais un peu par défaut, parce que, de son propre aveu, « il ne savait rien faire d’autre » et qu’il avait besoin de la peinture pour calmer les angoisses qui le rongeaient (bipolaire, il a […]

lire la suite .../ ...
Manguin/Bonnard, l’amitié à double tranchant

2

commentaires

Comme Bonnard, Henri Manguin (1874-1949) eut une passion pour la couleur, qu’il fit chanter tout au long de sa carrière. Comme Bonnard, il eut pour principal modèle son épouse, Jeanne, qui lui donna trois enfants, puis plus tard, sa belle-fille, que, par pudeur, il fit d’abord poser de dos. Comme Bonnard, il peignit de nombreux paysages, son œuvre étant tout entière tournée vers la nature et vers l’idée d’harmonie que l’on peut y trouver. Les deux hommes étaient d’ailleurs liés d’amitié, Manguin avait été sensible, dès 1896, à la première exposition personnelle de Bonnard présentée chez Durand Ruel (il en […]

lire la suite .../ ...
Salade niçoise

Salade niçoise

0

commentaire

Il y a deux ans, à l’occasion du cinquantenaire du Musée Matisse, la ville de Nice avait utilisé huit musées municipaux pour fêter l’évènement et confié à Jean-Jacques Aillagon la responsabilité d’une grande manifestation : Un Eté pour Matisse (cf http://larepubliquedelart.com/tout-nice-pour-matisse/). Cette année, ce ne sont plus huit, mais treize musées et galeries municipaux qui ont été réquisitionnés pour fêter, toujours sous la houlette de Jean-Jacques Aillagon, non plus un évènement, mais un lieu qui est à Nice ce que la Tour Eiffel est à Paris ou l’Empire State Building à New York : la Promenade des Anglais. Il faut dire que […]

lire la suite .../ ...
La Collection Lambert expose Patrice Chéreau

9

commentaires

Après deux ans de travaux, une exposition un peu discutable, l’an passé, dans la prison Sainte-Anne (cf http://larepubliquedelart.com/une-prison-est-elle-un-lieu-dexposition/) et des démêlés avec la municipalité qui menaçait de réduire ses subventions, la Collection Lambert d’Avignon a ouvert les portes de son nouvel espace, qui adjoint au très bel Hôtel de Caumont, qu’elle utilisait déjà, l’Hôtel de Montfaucon, son voisin, qui abritait jusqu’alors l’Ecole d’art de la ville. En fait, Laurent et Cyrille Berger, les deux architectes de l’agence Berger et Berger qui a remporté l’appel d’offre, ont réuni les deux bâtiments grâce à une sorte de sas qui permet un passage […]

lire la suite .../ ...
A Monaco, l’Avant-garde russe au sommet

1

commentaire

On a eu beau les voir à de nombreuses reprises – et en particulier l’hiver dernier, lors d’une exposition à la Whitechapel Gallery de Londres (cf http://larepubliquedelart.com/carre-noir-sur-la-tamise/) -, on est toujours stupéfait par la modernité, l’inventivité et la créativité des artistes qui formèrent ce qu’on a coutume d’appeler l’avant-garde révolutionnaire russe. C’est comme si sur une courte période qui va, en gros, de 1905 à 1930 (c’est-à-dire de la révolte du « Dimanche rouge » à Saint-Pétersbourg à la reprise en main par le régime soviétique), ils avaient inventé un vocabulaire qui allait servir de base à tout le XXe siècle et […]

lire la suite .../ ...
Abstraits et belges

Abstraits et belges

6

commentaires

Parce qu’une partie d’entre eux parlent notre langue, on croit bien connaître nos amis belges. Les blagues, les frites, la bière, le Mannekenpis, les bandes dessinées d’Hergé, bref, tous les lieux communs, ont presque réussi à nous faire croire que ce pays traversé par l’Escaut nous était familier. Or, lorsqu’on y regarde bien, on se rend compte que de larges pans de sa culture nous restent inconnus. En littérature, par exemple, où, en dehors de Simenon, on a du mal à citer les grands auteurs belges du siècle dernier, qui sont pourtant nombreux (peut-être parce que ceux-ci se rattachent soit […]

lire la suite .../ ...
Patrick Neu: simplicité confondante

15

commentaires

Il est des œuvres comme cela, que l’on ne soupçonnerait pas et qui, lorsqu’on les découvre, vous font vous demander comment on a pu passer à côté si longtemps. Celle de Patrick Neu, par exemple, cet artiste qui bénéficie d’une exposition cet été au Palais de Tokyo, lui qui, en trente ans de carrière, n’a quasiment jamais montré son travail à Paris, à l’exception de deux expositions collectives en 2007, au Louvre et au Musée Bourdelle, à l’invitation de Sarkis, dont il fut l’élève. Il faut dire que l’homme cultive le retrait et la discrétion : « J’ai fait le choix de […]

lire la suite .../ ...
Anish Kapoor, victime de la Manif pour tous?

33

commentaires

Pour être tout à fait honnête, je n’avais pas l’intention d’écrire sur l’exposition Anish Kapoor à Versailles. Non que je ne sois pas sensible au travail du sculpteur anglais (encore que ses miroirs concaves qu’il a essaimés dans le monde entier ont un peu fini par me lasser), mais il me semble que la presse l’a suffisamment fait, qu’il y a autre chose à découvrir et à faire connaître et que cette exposition-ci ne constitue qu’une redite, certes efficace, mais peu novatrice, de son travail. Et puis les scandales qui accompagnent systématiquement les expositions d’art contemporain à Versailles (le cœur […]

lire la suite .../ ...
Venise 2: les pavillons nationaux et Danh Vo

6

commentaires

Je vous parlais hier de la très politique et très ambitieuse exposition centrale de la Biennale de Venise due à Okwui Enwezor, All The Word’s Futures. Dans les Giardini, le ton est un peu différent. Car la programmation des pavillons nationaux, on le sait, n’est pas du ressort du commissaire invité, mais des pays participants. Certains, toutefois – hasard ou volonté délibérée ?-, ont des thématiques qui s’apparentent à celle développée par la grande exposition. C’est le cas du pavillon belge, le 1er pavillon national construit, d’ailleurs, dans les Giardini, qui a été confié cette année à l’artiste Vincent Meesen. Celui-ci […]

lire la suite .../ ...
Venise 1: la Biennale politique d’O. Enwezor

0

commentaire

En faisant appel à Okwui Enwezor pour être le commissaire de l’exposition centrale, on se doutait que cette 56e Biennale de Venise n’allait pas tout à fait être comme les autres. Car l’homme, né au Niger, mais ayant longtemps vécu à New York avant de diriger la Haus der Kunst de Munich et qui a été responsable, entre autres, de la Triennale Intense Proximité au Palais de Tokyo en 2012, est connu pour ses engagements politiques, son rapport au réel, son goût pour les oeuvres qui témoignent puissament de notre temps. Et on n’est pas déçu, car la manifestation monstre […]

lire la suite .../ ...
Laura Lamiel ose le cuivre

2

commentaires

En décembre 2013, je vous parlais de Noyau dur et double foyer, la très belle exposition que Laura Lamiel, cette artiste dont on avait un peu perdu la trace, mais que sa galerie, Marcelle Alix, remettait sur le devant de la scène, avait réalisée pour La Galerie, le centre d’art de Noisy-le-Sec (http://larepubliquedelart.com/de-lautre-cote-du-perif/). Depuis, la carrière de l’artiste a repris de l’essor, elle a exposé, entre autres, au Kunstverein de Langenhagen en Allemagne et une autre galerie, Silberkuppe, la représente désormais à Berlin. Aujourd’hui, elle fait halte à Bruxelles où elle présente sous la Verrière de la Fondation Hermès, dans […]

lire la suite .../ ...
Patrick Faigenbaum dans l’intimité indienne

2

commentaires

Patrick Faigenbaum est un portraitiste. C’est en tous cas comme cela qu’il s’est fait connaître, dans les années 80, avec ses très belles séries de photos en noir et blanc de familles nobles italiennes, qu’il faisait poser de manière très hiératique dans les maisons qui étaient les leurs. Mais il a aussi photographié des paysages et des villes comme Prague, il y a quelques années, placée sous l’ombre de Kafka, Tulle ou Santulussurgiu, ce village de Sardaigne d’où sa compagne est originaire et où vivent encore ses proches. Quoiqu’il en soit, qu’il s’agisse de gens ou de lieux, que les […]

lire la suite .../ ...
Charlotte Salomon, retour aux sources

2

commentaires

Il a beaucoup été question, ces derniers temps, de Charlotte Salomon, cette artiste allemande morte en déportation à Auschwitz, à l’âge de 26 ans, alors qu’elle était enceinte de cinq mois. D’abord par Charlotte, le livre de David Foenkinos qui retrace son existence et qui a obtenu plusieurs prix littéraires, dont le Renaudot, l’an passé. Ensuite, par Charlotte Salomon, l’opéra de Marc-André Dalbavie, qui a été créé, l’été dernier, au Festival de Salzbourg, dans une mise en scène de Luc Bondy. Enfin par toutes les expositions de son œuvre Leben ? Oder Theater ? (Vie ? Ou Théâtre ?), qui ont été présentées un […]

lire la suite .../ ...
Carol Rama, la scandaleuse

Carol Rama, la scandaleuse

6

commentaires

Dans un précédent billet, je vous parlais d’Ethel Adnan, cette artiste-écrivain de 90 ans qui expose depuis les années 60, mais dont le travail n’a été véritablement reconnu que récemment (cf http://larepubliquedelart.com/le-savoir-faire-et-le-coeur/). Une autre artiste exposée actuellement à Paris aura aussi attendu un âge avancé  avant de trouver la reconnaissance internationale : Carol Rama. Il faut dire que l’Italienne, aujourd’hui âgée de 97 ans, aura produit une œuvre inclassable, hors de toutes les écoles et de tous les mouvements, même si elle en a côtoyé certains, et qui aura heurté par sa brutalité, sa crudité, son goût affirmé pour la sexualité. […]

lire la suite .../ ...
Marcel Broodthaers, exposer c’est créer

0

commentaire

On connaît mal en France l’œuvre de Marcel Broodthaers, cet artiste belge né 1924 et mort en 1976, âgé seulement de 52 ans. Sa dernière rétrospective, au Jeu de Paume à Paris, remonte à 1991. Pourtant, même bref, celui-ci a eu une importance considérable dans l’histoire de l’art du XXe siècle et influencé de nombreux jeunes artistes, dont Tacita Dean et Danh Vo. Situé à la croisée du Pop, du conceptuel, du minimal et de Fluxus, il se caractérise surtout par la réflexion qu’il établit entre l’œuvre d’art et la valeur marchande et sa manière de faire de l’exposition une œuvre […]

lire la suite .../ ...
Chefs-d’oeuvre

Chefs-d’oeuvre

7

commentaires

Il y a cinq ans, à l’occasion de son exposition inaugurale, le Centre Pompidou-Metz s’interrogeait sur la notion de chefs-d’œuvre (exposition Chefs-d’œuvre ? présentée du 12 mai 2010 au 29 août 2011). Qu’est-ce qu’un chef-d’œuvre ? Comment arrive-t-on à qualifier une œuvre de « chef-d’œuvre » ? Y a-t-il des qualités intrinsèques à une œuvre pour qu’elle atteigne le rang de « chef-d’œuvre » ? Ce débat, sans fin, nous n’allons pas le rouvrir aujourd’hui. Mais nous ne pouvons que constater que, contrairement à d’autres expositions qui regroupent des œuvres de différents registres, il y a aujourd’hui à Paris deux propositions qui ne présentent que ce que l’on […]

lire la suite .../ ...
Exposer la danse et la musique

0

commentaire

Une des tendances de l’art actuel est de transposer au musée des formes d’art (les arts vivants) qui d’ordinaire ont besoin de la scène pour exister. Tino Seghal, le danseur-chorégraphe, a été un des premiers à franchir le pas, allant même jusqu’à renoncer définitivement aux représentations traditionnelles, et il s’est vu décerner le Lion d’or du meilleur artiste lors de la dernière Biennale de Venise. Et l’an passé, dans le cadre du Nouveau Festival du Centre Pompidou, c’est Xavier Le Roy, un proche de Jérôme Bel et de Boris Charmatz, qui présentait une exposition, Rétrospective par Xavier Le Roy, conçue […]

lire la suite .../ ...
Bonnard, le temps figé

Bonnard, le temps figé

3

commentaires

« Pourquoi Bonnard peut-il être, pour certains, d’une aide si grande, si profonde », s’interroge Alain Levêque dans la préface qu’il signe pour le petit recueil de notes de l’artiste, Observations sur la peinture, qui vient de paraître aux Editions L’Atelier contemporain ? Et il répond : « Parce que de la matière de notre condition, le temps fini, il fait tout son sujet, en épousant le sien, jour après jour, et qu’il parvient si bien à l’aviver par son art, j’allais dire par sa parole de peintre,  qu’il nous le donne en partage et nous réveille au nôtre. Il est à mes yeux, parmi […]

lire la suite .../ ...
Géants américains

Géants américains

0

commentaire

En 1962, l’artiste californien Ed Ruscha publia son premier livre, Twentysix Gasoline Stations, avec sa propre maison d’édition, National Excelsior Press. Inspiré de livres modestes qu’il avait trouvés dans la rue, chez des bouquinistes, lors d’un voyage en Europe, ce petit fascicule vendu $3.50 reproduisait exactement ce que son titre suggérait : vingt-six photos de stations essence, sans texte d’introduction ni explication. Seules informations : la marque et la localisation de ces stations, comme des cartels d’œuvre d’art. Dans un premier temps, le livre n’eut guère de succès et fut même rejeté par la Bibliothèque du Congrès pour sa « forme peu orthodoxe […]

lire la suite .../ ...