de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Expositions

Dries van Noten, couturier inspiré

1

commentaire

L’art et la mode : une collusion dangereuse, un flirt aux conséquences déplorables, un amalgame qui se fait le plus souvent au détriment des artistes eux-mêmes. Aujourd’hui, s’intéresser ou collectionner de l’art contemporain est souvent synonyme de reconnaissance sociale, tout comme la mode et les marques, les voitures ou les lieux de villégiature, qui affichent leurs logos comme autant de bannières derrière lesquelles se retrouver et se regrouper. Il était donc normal que ce petit monde de l’élégance s’approprie les codes de l’art contemporain et les intègrent à leur fonctionnement. Dans son livre paru en 2003 aux Editions Stock, L’Art à […]

lire la suite .../ ...
Découvertes à Ivry

Découvertes à Ivry

0

commentaire

Curieusement, Friedrich Kunath, né en 1974 à Chemnitz, en ex-RDA, n’avait jamais eu d’exposition personnelle en France. Pourtant, il est représenté par de grosses galeries internationales (dont la prestigieuse White Cube londonienne de Jay Jopling) et a bénéficié de nombreuses expositions dans des musées et centres d’art en Allemagne et aux Etats-Unis. L’exposition qui se tient encore quelques jours au Crédac, le centre d’art contemporain d’Ivry, est donc  une découverte, celle d’un artiste entre deux identités (il vit désormais à Los Angeles), qui utilise tous les médiums sans en privilégier aucun (la peinture comme la sculpture, la photo ou la […]

lire la suite .../ ...
Trop d’effets tue l’effet

0

commentaire

Bill Viola le raconte souvent : enfant, il a failli se noyer et n’a dû la vie qu’à l’intervention rapide d’un de ses proches. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne garde pas un souvenir traumatique de cet évènement. Au contraire, le moment où il resta sous l’eau fut pour lui d’une grande douceur, il s’y sentit flotter et vit une très belle lumière bleutée venir d’en haut. Depuis, c’est ainsi qu’il imagine la mort. Il ne la craint pas, parce qu’il est persuadé qu’elle le plongera dans un même état de béatitude et parce qu’il sait que notre […]

lire la suite .../ ...
Artistes d’artistes

Artistes d’artistes

0

commentaire

Il est des artistes qui ne sont pas toujours très connus du grand public, mais qui ont une influence considérable sur les autres artistes de leur génération ou sur les artistes des générations suivantes. Ce sont des artistes souvent à part, dont l’œuvre elle-même est insaisissable et qui, par leur vie ou leur comportement, n’en facilitent pas la compréhension. Et bon nombre d’entre eux sont morts jeunes, soit fauchés par des maladies liées aux drogues ou aux excès, soit parce qu’ils en ont décidés ainsi. Ce sont ce qu’on appelle les « artistes d’artistes » et l’actualité en met deux sur le […]

lire la suite .../ ...
Les arts vivants au musée

Les arts vivants au musée

0

commentaire

Dans mon précédent billet (http://larepubliquedelart.com/qui-peut-le-moins-peut-le-plus/), je vous parlais de l’exposition qui se tient actuellement au Palais de Tokyo et qui est une sélection des œuvres immatérielles et des performances qui se trouvent dans la collection du Centre national des arts plastiques (CNAP). Certaines de ces performances, comme celle de Noé Soulier, qui sera activée le week-end prochain, renvoient directement à la danse, puisque, en l’occurrence, un danseur y « détourne le travail pédagogique Improvisation Technologies de William Forsythe en tentant d’exécuter les mouvements comme des séquences chorégraphiques ». Mais elles ont néanmoins été pensées pour le musée ou le lieu d’exposition où […]

lire la suite .../ ...
Au Palais de Tokyo, qui peut le moins, peut le plus.

2

commentaires

La nouvelle saison du Palais de Tokyo vient de s’ouvrir avec un ensemble d’expositions regroupées sous le titre de « L’Etat du ciel » et dont l’ambition est de témoigner, selon le dossier de presse, de « l’attention portée par des artistes, des poètes, des philosophes aux circonstances physiques, morales et politiques de notre monde ». Vaste programme illustré, pour cette première partie,  par des interventions de Georges Didi-Huberman et Arno Ginsinger autour du légendaire Atlas Mnémosyne de l’historien de l’art du début du XXe siècle Aby Warburg (Nouvelles histoires de fantômes), de David Douard (Mo’Swallow) et d’Angelika Markul (Terre de départ, une très belle […]

lire la suite .../ ...
Prix en tous genres

Prix en tous genres

0

commentaire

L’ADIAF (Association pour la diffusion internationale de l’art français) a donc rendu son verdict et les quatre artistes nominés pour le Prix Marcel Duchamp 2014, qui est, rappelons-le, l’équivalent en art du Prix Goncourt pour la littérature, sont : Théo Mercier, Julien Prévieux, Florian et Michael Quistrebert, Evariste Richer. Un choix un peu curieux pour ce prix dont la vocation est, selon le site de l’ADIAF, de « rassembler les artistes de la scène française les plus novateurs de leur génération et encourager toutes les formes artistiques nouvelles ». Non qu’ils ne soient pas talentueux ou novateurs, mais on n’a pas vraiment le […]

lire la suite .../ ...
Ernest Pignon-Ernest, l’Histoire retrouvée

0

commentaire

Le « street art » est à la mode et la côte de certains artistes, comme Banksy, s’envole dans les salles de ventes. Pourtant, cette pratique n’est pas nouvelle et s’inscrit dans l’histoire déjà longue du graffiti ou de l’art éphémère. Ernest Pignon-Ernest, par exemple, l’a faite sienne depuis de nombreuses années. Celui que le Courtauld Institute de Londres a invité en 2012 pour une conférence justement intitulée : « Before Banksy : Ernest Pignon-Ernest » a investi de nombreux lieux afin d’en saisir, comme il le dit lui-même « à la fois tout ce qui s’y voit : l’espace, la lumière, les couleurs et, simultanément, tout ce […]

lire la suite .../ ...
Saint-Etienne à l’heure new-yorkaise

2

commentaires

Malgré la mondialisation et l’émergence de nouvelles scènes créatrices, New York reste un pôle d’attraction extrêmement fort pour l’art et les artistes d’aujourd’hui. Après la galerie Thaddeus Ropac qui consacre, dans son espace de Pantin, une exposition aux artistes new-yorkais (cf http://larepubliquedelart.com/de-lautre-cote-du-perif/)1, c’est au tour du Musée d’art moderne (MAM) de Saint-Etienne de se pencher sur la scène artistique de la « Grande Pomme » à travers une grande manifestation intitulée « The New York Moment ». Il est vrai que ce beau musée, dirigé de main de maître depuis 2003 par l’historien d’art hongrois Lorand Hegyi, dispose d’une remarquable collection d’art américain de  l’Après-Guerre […]

lire la suite .../ ...
Le temps traversé de Tacita Dean

1

commentaire

Tacita Dean est obsédée par le temps, la mémoire, la trace. Depuis de nombreuses années, sur toutes les routes du monde, elle part à la recherche d’hommes légendaires guettés par la mort (Robert Steane, surnommé « Boots », un ancien acteur du muet qui incarnait l’élégance et le cosmopolitisme d’une époque révolue, mais aussi Mario Merz ou Merce Cunningham), imagine des fictions à partir de personnages comme Donald Crowhurst, ce marin amateur anglais qui s’était rendu célèbre en essayant de truquer la course à la voile en solitaire à laquelle il participait (Disappearance at Sea) ou redonne vie à de […]

lire la suite .../ ...
Les tops et les flops de 2013

Les tops et les flops de 2013

3

commentaires

L’année s’achève et l’heure est au bilan. Comme l’a dit Pierre Assouline dans un de ses récents billets, à l’inverse des Anglais ou des Américains, nous (les Français) ne sommes pas les champions des palmarès, listes et autres classements qui distinguent les bons des mauvais élèves. Il n’empêche qu’en cette fin décembre, la tentation est grande de penser à ce que furent les tops et les flops de l’année qui vient de s’écouler. Je vous livre donc ma petite sélection « art », en toute subjectivité et en ayant conscience, bien sûr, d’oublier plein de choses qui mériteraient d’y figurer. Côté tops, […]

lire la suite .../ ...
Les formes et les forces de Raphaël Zarka

0

commentaire

Strasbourg, pendant les Fêtes de fin d’année, c’est d’abord son marché de Noël, ses illuminations et ses odeurs de cannelle et d’épices qui envahissent toute la ville. Mais si vous n’aimez pas le vin chaud, si Noël vous laisse de glace ou que les boules et guirlandes électriques vous lassent un peu, vous pouvez aller faire un tour du côté du Musée d’art moderne et contemporain. On y présente une très intéressante exposition réalisée à l’occasion du 30e anniversaire des Fonds régionaux d’art contemporain (les FRAC). Elle a pour titre « Formes et Forces », en référence au livre de l’historien d’art […]

lire la suite .../ ...
Les figures silencieuses de Djamel Tatah

2

commentaires

Les saisons passent et ne se ressemblent pas à la Fondation Maeght de Saint-Paul de Vence. Après le bling-bling et l’histoire de l’art repensée sans complexe cet  été par Bernard-Henri Lévy (cf http://larepubliquedelart.com/le-grand-nimporte-quoi/), voilà une exposition qui est son exact contraire, c’est-à-dire calme, posée, sans esbroufe.  C’est celle que l’excellent peintre Djamel Tatah propose sous le titre « Monographie. ».  Dans les salles silencieuses et beaucoup moins envahies, à cette période de l’année, par les touristes, on y est face à des personnages solitaires qui se détachent sur un fond monochrome et dont le regard, la plupart du temps, nous échappe. Des […]

lire la suite .../ ...
L’exposition-fiction

L’exposition-fiction

2

commentaires

Avec  les expositions Pierre Huyghe et Philippe Parreno (et, dans une moindre mesure, Le Surréalisme et l’objet), je vous ai parlé récemment de ces expositions qui, au-delà des œuvres, intègrent le spectateur dans un environnement et une scénographie qui  renvoient à la scène de théâtre (cf : http://larepubliquedelart.com/lexposition-theatre/). Je voudrais vous entretenir maintenant d’une forme d’exposition qui va encore plus loin dans ce processus et que l’on pourrait appeler : « l’exposition-fiction ». Le meilleur exemple que l’on pourrait en donner se tient actuellement à Londres, dans quelques pièces habituellement fermées au public du Victoria and Albert Museum. Il s’agit de l’exposition Tomorrow du duo […]

lire la suite .../ ...
De l’autre côté du périf

De l’autre côté du périf

0

commentaire

Aujourd’hui, à Paris, on ne peut plus se contenter d’arpenter le Marais, Belleville ou Saint-Germain des Prés pour voir les expositions qui comptent. Il ne faut pas hésiter à franchir parfois le périphérique et à se rendre dans des lieux où l’art, a priori, n’a guère de place. A Pantin, par exemple, où la galerie Thaddeus Ropac a ouvert il y a deux ans un immense espace qui, contrairement à ce que certaines mauvaises langues ont pu dire, ne constitue pas seulement comme un show-room destiné à ses clients milliardaires pressés qui y arrivent directement de l’aéroport pour faire leur […]

lire la suite .../ ...
Avec ou sans corps (plutôt avec) II

0

commentaire

Je vous ai parlé récemment de l’exposition sur le nu masculin qui se tient actuellement au Musée d’Orsay (http://larepubliquedelart.com/tout-tout-tout-vous-saurez-tout-sur-le-zizi/) et, dans mon dernier post, d’expositions dans les galeries parisiennes qui ont le corps pour thème (http://larepubliquedelart.com/avec-ou-sans-corps/). Une autre exposition qui se tient à la Backslash Gallery, une des galeries innovantes de ce nouveau coin arty qu’est le Haut-Marais (c’est-à-dire, en gros, tout ce qui trouve à proximité de la rue Notre-Dame de Nazareth) rentre dans ces deux catégories. Il s’agit d’A Corps perdus, un accrochage conçu par l’excellent Marc Donnadieu (actuellement conservateur en art contemporain au LaM de Lille) et […]

lire la suite .../ ...
Avec ou sans corps

Avec ou sans corps

0

commentaire

Après la Fiac et dans l’attente des fêtes de fin d’année, l’effervescence est quelque peu retombée dans les galeries parisiennes. Mais elles n’en font pas moins des propositions qui méritent le détour. En voici quelques exemples, qui ont pour point commun de mettre en avant la question du corps : Chez gb agency, tout d’abord, qui présente Everything That Rises Must Converge, la nouvelle exposition de l’artiste israélo-berlinois, Omer Fast, le corps est celui, bien réel, de quatre acteurs de films X. Car la vidéo d’une durée exceptionnelle (presque une heure), qui constitue l’essentiel de l’exposition, raconte, en quatre projections simultanées […]

lire la suite .../ ...
L’exposition-théâtre

L’exposition-théâtre

2

commentaires

Les deux expositions phares à Paris, cet automne, auront été sans conteste l’exposition Pierre Huyghe au Centre Pompidou (cf http://larepubliquedelart.com/pierre-huyghe-ou-le-monde-en-soi/) et l’exposition Philippe Parreno au Palais de Tokyo (cf http://larepubliquedelart.com/le-palais-fantome-de-philippe-parreno/). Deux expositions conçues comme un parcours (même si la première s’envisage davantage comme une sorte de greffe, d’hybridation de l’exposition qui l’a précédée), qui revendiquent leur théâtralité (Philippe Parreno n’a-t-il pas installé devant le Palais de Tokyo une « marquise lumineuse », comme on en voit devant les théâtres américains ?) et qui placent le spectateur au sein d’une expérience où le ressenti général, au fond, a plus d’importance que les œuvres elles-mêmes. […]

lire la suite .../ ...
Les « petites » collections de Robert Wilson

4

commentaires

Lorsqu’il apparut, au début des années 70, sur les scènes françaises et européennes, Bob Wilson fit l’effet d’une bombe. Il faut dire que le théâtre de l’époque, sous l’emprise brechtienne, vivait sous la tyrannie du sens et que, dans toute mise en scène digne de ce nom, chaque geste devait découler d’une réflexion dramaturgique (c’était la grande époque de la revue Travail théâtral). Avec ses spectacles basés essentiellement sur l’image, la lenteur (Ouverture au Musée Galliera, en 1972, le premier spectacle présenté par le Festival d’Automne, durait 24 heures) et le silence (Le Regard du sourd ne comportait pas la […]

lire la suite .../ ...
Célébrations de la peinture

Célébrations de la peinture

0

commentaire

On en a eu le sentiment à la rentrée et la confirmation à la Fiac : la peinture retrouve les faveurs du monde de l’art. En témoignent plusieurs expositions qui se tiennent actuellement dans des galeries ou institutions parisiennes. Au Musée d’Art moderne de la ville de Paris, tout d’abord, qui fait le grand écart en présentant simultanément une rétrospective de Serge Poliakoff et une autre (la première en France) du peintre chinois Zeng Fanzhi. Poliakoff, mort en 1969, et qui n’avait pas eu d’exposition de grande ampleur à Paris depuis 1970, fait partie de ce qu’on a appelé la « Nouvelle […]

lire la suite .../ ...