de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Non classé

Château La Coste: l’art dans les vignes

2

commentaires

C’est l’été et le moment de voir de l’art autrement que dans  les salles fermées des musées ou les white cube des galeries. En plein air et pourquoi pas au milieu de vignes. C’est l’expérience que proposent désormais plusieurs domaines viticoles et en particulier le Château La Coste situé à une vingtaine de kilomètres d’Aix-en-Provence, au pied du somptueux Parc National du Lubéron. Là, au milieu d’un vignoble de 200 hectares, parmi les pins et les chênes et sous la lumière transparente du ciel provençal, ce sont une trentaine d’œuvres signées par quelques-uns des plus grands artistes du moment qui […]

lire la suite .../ ...
Les bijoux de la Méduse

Les bijoux de la Méduse

0

commentaire

Drôle de programmation que celle du Musée d’Art moderne de la ville de Paris ! D’un côté, le musée, avec des expositions classiques, très axées sur la peintures, comme les rétrospectives Poliakoff, Delaunay, Marquet ou, plus récemment, Buffet et, de l’autre, l’ARC, la tête chercheuse, avec des expositions comme Co-Workers, consacrée à la génération qui a fait d’Internet la base de son travail, ou Unedited History, qui retraçait l’histoire artistique de l’Iran entre 1960 et 2014. Il y a trois ans, avec Decorum (cf http://larepubliquedelart.com/rehabiliter-les-genres-mineurs/), Anne Dressen consacrait déjà une exposition transversale à une forme d’art un peu dévalorisée, que l’on […]

lire la suite .../ ...
Il faut être absolument moderne

Il faut être absolument moderne

2

commentaires

A la dernière Fiac, sur le stand de la galerie Neue Alte Brücke de Francfort, on ne voyait qu’eux : de grands portraits d’adolescents torses nus, à la limite de l’anorexie, le dos voûté, la poitrine plate, le regard tourné vers le spectateur. Ils se détachaient sur des fonds bleus pâles, éclairés par le halo d’une lampe de bureau. La première précision est que ces adolescents n’en sont pas : ce sont des adultes qui exercent la profession de modèles. La seconde est que la jeune peintre américaine, Eliza Douglas, qui signe ces portraits, ne les a pas peints elle-même : en apportant […]

lire la suite .../ ...
La 3e Scène, l’Opéra de Paris numérique

0

commentaire

Annoncée avec fracas comme une des grandes innovations de la nouvelle direction, la 3e Scène de l’Opéra de Paris a vu le jour cette semaine. De quoi s’agit-il ? De l’ouverture de la salle modulable longtemps annoncée, mais jamais réalisée ? D’une annexe au Palais Garnier et à l’Opéra Bastille, comme a pu l’être, à un certain moment, les ateliers Berthier, situés sur les boulevards maréchaux, à côté de la Porte de Clichy ? Non, il s’agit d’une scène numérique accessible via le site de l’Opéra et dont la vocation est, à travers des petits films ou des photos, de proposer « un regard […]

lire la suite .../ ...
Arnaud Cohen censuré à Sens

42

commentaires

Dans mon précédent billet, je vous parlais de la vandalisation à Versailles de l’œuvre d’Anish Kapoor, Dirty Corner, par des excités qui y voyaient une atteinte à l’esprit et à la noblesse du lieu. Ce billet, vous vous en êtes sans doute rendu compte, m’a valu des commentaires hargneux et haineux, pas tant sur l’idée que j’y défendais d’ailleurs (à savoir que cet acte n’était peut-être pas étranger à un climat né de La Manif pour tous), mais plus sur le sacrilège que constituerait le fait d’installer des œuvres contemporaines dans les jardins de l’intouchable château. Un nouvel exemple de […]

lire la suite .../ ...
A Montrouge, un jeune salon sexagénaire

4

commentaires

Chaque année, avec le printemps, on attend l’arrivée de la nouvelle édition du Salon de Montrouge et, chaque année, on est séduit par la qualité de sa sélection, la diversité de ses propositions, la pluralité de ses intervenants. Cette année, qui est celle de son soixantième anniversaire, n’échappe pas à la règle et, outre un léger resserrement des artistes sélectionnés (60, autant que son âge, au lieu des 72 de l’an passé, sur un total de 3000 dossiers !), on peut noter une nouvelle amélioration de la scénographie de matali crasset, qui rend le parcours fluide et permet une localisation plus […]

lire la suite .../ ...
Télémaque, une poétique de l’objet

0

commentaire

C’est en 1964, suite à l’exposition Mythologies quotidiennes présentée au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, que naquit le mouvement que le critique Gérald Gassiot-Talabot baptisa « Figuration narrative ». Ce mouvement, qui faisait suite aux « Nouveaux réalistes » et qui, en revenant à la figuration, voulait définitivement tordre le cou à la seconde Ecole de Paris moribonde, apparaissait aussi comme une alternative au « Pop » anglais et américain qui commençait à triompher en France. Plus politisé que ses avatars anglo-saxons, souvent plus complexe, il se voulait une dénonciation féroce de la société de consommation et un regard critique posé sur les […]

lire la suite .../ ...
Concret, vous avez dit concret?

Concret, vous avez dit concret?

2

commentaires

On ne dira jamais assez tout le bien qu’il faut penser de l’Espace de l’Art Concret, ce très beau centre d’art situé dans les Alpes-Maritimes, à Mouans-Sartoux, à mi-chemin entre Cannes et Grasse. Il est né en 1990, de la volonté de deux collectionneurs, Sybil Albers et Gottfried Honegger, de rendre leur collection accessible au public. En 2004, un bâtiment signé par les architectes suisses Annette Gigon et Marc Guyer a été construit dans le parc du Château, afin d’y accueillir définitivement cette collection qui, entre-temps, s’est enrichie de différentes donations, dont celle d’Aurélie Nemours. Un bâtiment posé comme un […]

lire la suite .../ ...
Les laboratoires à images de Neïl Beloufa

0

commentaire

Soyons clairs : le travail de Neïl Beloufa, qui est présenté actuellement à la Fondation Ricard, n’est pas d’un accès facile et moi-même, qui m’apprête à en rendre compte, ne suis pas sûr, loin de là, d’en connaître tous les tenants et les aboutissants. Mais ce dont je suis sûr, en revanche, c’est qu’il s’agit d’une œuvre importante, annonciatrice, quelque chose qui est en phase son époque, parce que justement elle en traduit la diversité, la complexité et les multiples manières de l’appréhender. Et puis, est-il toujours nécessaire de comprendre absolument une œuvre ? Les grandes œuvres ne sont-elles pas celles qui […]

lire la suite .../ ...
Fernand Léger et l’objet

Fernand Léger et l’objet

0

commentaire

Une des plus importantes expositions de cet hiver parisien aura été Le Surréalisme et l’objet (cf http://larepubliquedelart.com/lexposition-theatre/), qui a été présentée au Centre Pompidou. Son commissaire, Didier Ottinger, entendait y montrer comment les surréalistes, qui, pour la plupart, avaient adhéré au Parti Communiste, s’étaient senti obligés, dès 1927, de prendre davantage en compte le réel, qui constitue « le socle théorique et philosophique du communisme »,  en mettant l’objet quotidien au centre de leurs créations, pour en faire une alternative à la sculpture traditionnelle. Fernand Léger, bien sûr, n’y était pas présent, lui qui, après avoir donné une vision bien personnelle du […]

lire la suite .../ ...
Gerard Mortier, l’opéra et les artistes

0

commentaire

Après le décès, il y a quelques mois, de Patrice Chéreau, c’est une autre figure majeure du monde de la culture et de l’opéra qui s’en va, une de celles qui en auront le plus changé la face et l’auront le plus ouvert à la modernité : Gerard Mortier. Et comme Patrice Chéreau, mais pour d’autres raisons, Gerard Mortier avait des liens très forts avec le monde de l’art plastique. Car il a été un des premiers en Europe, à l’heure où l’opéra s’étiolait et où Rolf Liebermann – qui a été son maître – venait juste de lui redonner de […]

lire la suite .../ ...
Avec ou sans corps (plutôt avec) II

0

commentaire

Je vous ai parlé récemment de l’exposition sur le nu masculin qui se tient actuellement au Musée d’Orsay (http://larepubliquedelart.com/tout-tout-tout-vous-saurez-tout-sur-le-zizi/) et, dans mon dernier post, d’expositions dans les galeries parisiennes qui ont le corps pour thème (http://larepubliquedelart.com/avec-ou-sans-corps/). Une autre exposition qui se tient à la Backslash Gallery, une des galeries innovantes de ce nouveau coin arty qu’est le Haut-Marais (c’est-à-dire, en gros, tout ce qui trouve à proximité de la rue Notre-Dame de Nazareth) rentre dans ces deux catégories. Il s’agit d’A Corps perdus, un accrochage conçu par l’excellent Marc Donnadieu (actuellement conservateur en art contemporain au LaM de Lille) et […]

lire la suite .../ ...
Patrice Chéreau au regard de la peinture

4

commentaires

On pourra être surpris de lire sur un blog consacré à l’art un article en hommage au metteur en scène de théâtre, d’opéra et de cinéma Patrice Chéreau, décédé hier. Pourtant Patrice Chéreau avait un lien très fort avec le monde de l’art : son père était peintre, il avait commencé en dessinant lui-même les décors de ses spectacles et il avait répondu, il y a trois ans, à l’invitation d’Henri Loyrette en organisant au Louvre une exposition autour de son travail et de ses goûts picturaux. Les Visages et les Corps, tel était le titre qu’il avait choisi pour cette […]

lire la suite .../ ...
Tout Nice pour Matisse

Tout Nice pour Matisse

2

commentaires

Matisse – Nice : une histoire d’amour qui a duré près de quarante ans, depuis le premier séjour du peintre en 1917, à l’Hôtel Beau-Rivage, jusqu’à sa mort en 1954. Entre-temps, il y a beaucoup déménagé, s’est même replié à Vence, pendant la Guerre, pour éviter tout risque de bombardement lors du débarquement en Provence, mais est toujours resté fidèle à la Côte d’Azur et à cette lumière incomparable qui a tant changé son regard sur le monde et lui a permis de peindre tant de chefs-d’œuvre. A tel point qu’après sa mort, sa famille a fait don à la ville […]

lire la suite .../ ...
L’art de la réserve

L’art de la réserve

0

commentaire

    Ce qui surprend dans le travail d’Emmanuel Régent, c’est la manière dont sont juxtaposées, au sein d’une même pratique, des œuvres qui apparemment appartiennent à des formes et des registres différents : des dessins réalistes au feutre noir, extrêmement travaillés, et qui relèvent d’une technique classique ; des peintures sur lesquelles sont étalées, selon un ordre établi,  plusieurs couches de couleurs et que l’artiste ponce pour en révéler le cœur intime, parfois jusqu’à la trame de la toile ; des objets, comme posés là, véritables objets trouvés (un sac ,des bandes de papier de verre bleu) ou à peine modifiés par […]

lire la suite .../ ...