de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Expositions

D’utiles dépenses

D’utiles dépenses

2

commentaires

« Quel sujet aborder », s’est demandée en substance Léa Bismuth,  lorsqu’on lui a proposé d’organiser une exposition dans les 1500 m2 de Labanque, cette ancienne succursale de la Banque de France à Béthune qui s’est récemment reconvertie en centre de production et de diffusion en arts visuels ? Et elle a naturellement répondu : « les dépenses », c’est-à-dire la manière la plus agréable de faire circuler l’argent, mais qui est antinomique avec l’esprit de conservation et de fructification d’un établissement bancaire. Et pour asseoir son propos, elle s’est tournée vers Georges Bataille, un écrivain qui l’inspire particulièrement (deux autres volets, Intériorités et Vertiges, verront […]

lire la suite .../ ...
Une scène venue du froid

Une scène venue du froid

1

commentaire

Installée dans l’ancienne et magnifique agence d’architecture de Robert Mallet-Stevens, dans le XVIe arrondissement à Paris, la Fondation Hippocrène, présidée par Michèle Guyot-Roze, fille de Jean Guyot1, a pour but de mettre en lumière la richesse et la diversité culturelle en Europe. Depuis 2002, donc, elle organise des expositions intitulées « Propos d’Europe » et, depuis 2013, elle collabore plus spécifiquement avec un certain nombre de fondations ou centres d’art européens, parmi les meilleurs. C’est ainsi qu’en 2013, elle a accueilli l’exposition de la Fondation Giuliani de Rome (Despite our Differencies), en 2014, celle de la David Roberts Arts Fondation de Londres […]

lire la suite .../ ...
Conseils pour une Nuit blanche

Conseils pour une Nuit blanche

0

commentaire

C’est demain la désormais célèbre « Nuit blanche », pendant laquelle de très nombreux évènements artistiques essaiment tout Paris, et c’est Jean de Loisy, le directeur du Palais de Tokyo, qui a eu la charge de cette nouvelle édition. Il l’a conçue comme une rêverie, basée sur Le Songe de Poliphile, ce roman italien paru à Venise en 1499, probablement de la plume de Francesco Colonna, qui est le monument de l’humanisme de la Renaissance. Le héros du livre est à la poursuite de la nymphe Polia, qui lui est apparue en rêve, et qu’après de multiples rencontres qui sont comme les […]

lire la suite .../ ...
Facéties en tous genres

Facéties en tous genres

1

commentaire

Dans mon précédent billet (cf http://larepubliquedelart.com/les-frontieres-de-lart/), j’évoquais les frontières de l’art et les dérives que certains franchissements pouvaient occasionner. Je faisais allusion à cet effet à l’exposition Takashi Murakami qui se tient actuellement à la galerie Perrotin et dans laquelle l’artiste japonais montre comment des oeuvres peuvent passer du statut de toile à celui de sacs à main, c’est-à-dire comment l’objet a priori sacralisé qu’est le tableau peut, dans la grande tradition pop, devenir un objet utilitaire. Emmanuel Perrotin, bien qu’il se soit un peu assagi aujourd’hui, fait d’ailleurs partie de ces galeristes qui aiment les transgressions, qui pensent que […]

lire la suite .../ ...
Les frontières de l’art

Les frontières de l’art

0

commentaire

Il y a bien longtemps maintenant que les galeries ne se contentent plus d’aligner sagement peintures et dessins sur des cimaise ou de présenter des sculptures. Photos, vidéos, installations, performances y ont naturellement trouvé leurs places et plus personne ne s’offusque aujourd’hui  d’être confronté à une forme non traditionnelle de l’art. Ce qui est nouveau, en revanche, c’est la porosité qui existe désormais entre une certaine partie des arts dits « vivants » et les arts plastiques, c’est-à-dire deux modes d’expression qui ont des temporalités et des manières d’intégrer le spectateur différentes. On a vu, par exemple, l’an passé (http://larepubliquedelart.com/exposer-la-danse-et-la-musique/), la chorégraphe […]

lire la suite .../ ...
Du côté des galeries

Du côté des galeries

5

commentaires

IC’est la rentrée et les galeries réouvrent en espérant que cette saison sera meilleure que celle qui vient de s’écouler, marquée par les attentats et l’attentisme économique qui en a découlé. Il y avait foule, ces quinze derniers jours, dans le Marais, à Belleville ou dans les quartiers où se concentrent désormais les galeries d’art contemporain. Quelques impressions glanées çà et là, au fil des déambulations : -Chez Bugada et Cargnel, justement, Adrien Missika se veut optimiste. Il intitule son exposition : Demain Amélioration, comme dans les bulletins météo et présente un certain nombre de pièces qui associent éléments naturels et technologies […]

lire la suite .../ ...
Un Prix Ricard hors-format

Un Prix Ricard hors-format

0

commentaire

Il y a deux manières d’envisager Paris, l’exposition qu’Isabelle Cornaro vient de réaliser pour le Prix Ricard qui, comme chaque année, sera décerné au moment de la Fiac. La première, qui semble la plus naturelle, consiste à voir les œuvres pour ce qu’elles sont et à juger de l’ensemble en fonction de l’accrochage proposé dans la Fondation du même nom (et on se trouve alors face à une exposition intelligente, qui alterne les formats et les médiums avec pertinence et élégance). Mais comme il s’agit d’un prix et que le vainqueur, rappelons-le, bénéficiera de l’achat d’une œuvre d’une valeur de […]

lire la suite .../ ...
Intimes

Intimes

0

commentaire

Tout le travail de Cristof Yvoré, ce magnifique et singulier artiste trop tôt disparu (en 2013, à l’âge de 46 ans) et dont il a déjà été question dans ces colonnes (http://larepubliquedelart.com/cristof-yvore-ou-la-solitude-en-peinture/), a été un travail de peinture. Et pas de n’importe quelle peinture, puisqu’une des caractéristiques de cette activité aura été la matérialité de celle-ci, son épaisseur, le fait qu’il superpose les couches jusqu’au point de rupture. Enfin, les motifs que peignait Cristof Yvoré n’étaient volontairement que des images banales (des fleurs, des angles, des pots, etc., bref des lieux communs du lexique pictural), parce que ce qui l’intéressait […]

lire la suite .../ ...
En passant par Saint-Paul

En passant par Saint-Paul

0

commentaire

En France, on identifie surtout Christo et Jeanne-Claude à leur travail sur l’empaquetage. Et il est vrai que cette partie de leur œuvre est essentielle, qu’elle en constitue l’aspect le plus immédiatement reconnaissable. Mais pour autant, elle ne le limite pas, leurs expérimentations ont pu prendre d’autres formes et c’est ce que prouve l’exposition présentée actuellement à la Fondation Maeght de Saint-Paul de Vence, consacrée aux barils de pétrole. En fait, dès les premières salles, on comprend que Christo s’est d’emblée intéressé aux pots, qu’il a parfois recouverts de toile ou qu’il a assemblés avec d’autres, dans des sculptures aux […]

lire la suite .../ ...
Bernar Venet, l’avant, l’après

2

commentaires

A Nice, on voit tant d’œuvres monumentales de Bernar Venet dans l’espace public (trois dans un périmètre restreint qui va de la Promenade des Anglais côté Vieux Nice au jardin Albert Ier) qu’on pourrait penser qu’il s’agit de l’artiste officiel de la région. Pourtant, lorsqu’on est confronté à ses premiers travaux – c’est ce que propose l’Espace de l’Art Concret de Mouans-Sartoux, avec l’exposition Bernar Venet, Les origines 1961-1966 -, on se rend compte à quel point ceux-ci furent artisanaux, radicaux et dégagés de toute volonté de séduction et de reconnaissance. C’est en 1961, alors qu’il n’est âgé que de […]

lire la suite .../ ...
Faut-il réhabiliter Robert Combas?

7

commentaires

Le sait-on ? Robert Combas est, avec Nan Goldin et Andres Serrano, l’artiste le plus représenté dans la collection Yvon Lambert, une collection que l’on associe surtout au minimalisme et à l’art conceptuel. Mais il faut se souvenir qu’au début des années 80, celui qui avait défendu Robert Ryman, Carl André ou Cy Twombly, prit un tournant à 360 degrés, au grand dam, parfois, des artistes historiques de sa galerie, en montrant les peintres de la Figuration libre – c’est le critique Bertrand Lamarche-Vadel qui avait ainsi baptisé le mouvement -, dont Combas était la figure de proue. Le début des […]

lire la suite .../ ...
Cruautés avignonnaises

Cruautés avignonnaises

0

commentaire

L’horreur. L’horreur qui s’infiltre chaque jour un peu plus dans notre quotidien, l’horreur qui se banalise. Cette horreur-là, elle était palpable au Festival d’Avignon, où triomphe Les Damnés mis en scène par Ivo van Hove dans la Cour d’honneur et 2666 mis en scène par Julien Gosselin, d’après le roman de Roberto Bolano. Mais depuis a eu lieu le monstrueux attentat de Nice et la réalité a dépassé la fiction. Ce billet, que je poste aujourd’hui,  a été écrit juste avant que celui-ci ne soit perpétré. Chaque année, le Festival d’Avignon invite un artiste à réaliser son affiche et lui […]

lire la suite .../ ...
Miss Marple à la Villa Arson

Miss Marple à la Villa Arson

1

commentaire

Visiteurs qui, cet été, franchirez la porte de la Villa Arson de Nice, ne prenez pas peur ! Car les expositions d’Emmanuelle Lainé et d’Eva Barto qui y sont montrées et qui, malgré leurs différences, présentent des similarités esthétiques (radicalité du propos, déconstruction de l’espace, utilisation de matériaux pauvres ou de rebuts) ne sont pas une énième variation sur le trop plein ou, au contraire, le vide spirituel de notre société de consommation, mais des énigmes qui, pour peu qu’on prenne le temps de les déchiffrer, se révèlent passionnantes. Emmanuelle Lainé, dont on a pu voir une exposition, il y a […]

lire la suite .../ ...
Ugo Rondinone, au coeur des éléments

2

commentaires

De tous les artistes contemporains vivants, Ugo Rondinone est sans doute un des plus attachants et des plus talentueux. Son travail, complexe, fait appel à des médiums différents (peinture, sculpture, installation, vidéo, etc.) pour produire des œuvres qui, à première vue, semblent n’avoir aucun rapport entre elles. Il intervient même en tant que commissaire d’expositions et a réalisé, il y a quelques années, au Palais de Tokyo une exposition mémorable, The Third Mind, au cours de laquelle il explorait sa propre psyché, mais en présentant uniquement le travail d’artistes qu’il admire. Pourtant, quand on y regarde de plus près, on […]

lire la suite .../ ...
Avec ou sans l’autre

Avec ou sans l’autre

11

commentaires

Ce qui est frappant lorsque l’on voit successivement Beat Generation au Centre Pompidou et Rester vivant de Michel Houellebecq au Palais de Tokyo, c’est-à-dire deux expositions qui sont en lien avec la littérature et qui viennent de débuter dans deux des plus grandes institutions parisiennes, c’est de constater à quel point, dans cette dernière, la figure humaine est absente. Chez Michel Houellebecq, en effet, pas d’hommes, pas de portraits, pas de présence charnelle, hormis, lors d’une séquence consacrée à Clément, son chien disparu, l’apparition de sa compagne, Marie-Pierre, qui a aussi réalisé des aquarelles de l’animal. Ou, dans une séquence […]

lire la suite .../ ...
Entre deux et trois dimensions

2

commentaires

C’est une petite exposition, mais qui a le mérite de faire une sélection rigoureuse et de poser les questions justes. Son titre ? Entre sculpture et photographie, parce que rien ne semble plus différents que ces deux médiums, alors qu’ils ont parfois été complémentaires et qu’ils ont été le fruit d’une même pratique. Le cadre dans lequel elle se déploie ? Le Musée Rodin, qui, désormais, accueille en son sein des artistes contemporains pour dialoguer avec l’œuvre de l’illustre sculpteur (Rodin, on le sait, s’est toujours beaucoup intéressé à la photographie et une précédente exposition mettant ses œuvres en perspective avec les […]

lire la suite .../ ...
Pauvre mais multiple

Pauvre mais multiple

1

commentaire

Bernard Blistène avait prévenu : sous son mandat de directeur du Musée national d’art moderne, le Centre Pompidou retrouverait les manifestations pluridisciplinaires pour lesquelles il a été initialement conçu, mais qui n’ont pas souvent eu lieu. C’est le cas avec Un Art pauvre, l’exposition qui vient de s’ouvrir dans différents espaces du musée et qui, outre les arts plastiques, l’architecture et le design, associe les arts vivants avec un festival de l’Ircam et des spectacles dansés et performés par plusieurs compagnies. « Un art pauvre », justement pour ne pas tout focaliser sur l’Arte povera, cette forme d’art née en Italie dans les […]

lire la suite .../ ...
Le poète et le peintre

Le poète et le peintre

5

commentaires

Pendant longtemps, les arts vécurent ensemble. Peintres, poètes et musiciens se côtoyaient et s’unissaient pour échanger des idées et créer conjointement. Cela donna, à la fin de la Renaissance, le genre « opéra » dont le but était de faire en sorte que les modes d’expression se complètent pour arriver à une œuvre idéale, offrant le maximum d’expressivité. Mais sans remonter si loin, dans l’histoire récente, et en particulier celle du XXe siècle, on trouve de nombreux exemples de regroupements artistiques (les surréalistes, les futuristes, etc.) dans lesquels les genres s’exprimaient à égalité et en écho. Au Centre Pompidou, d’ailleurs, dans le […]

lire la suite .../ ...
Francesca Woodman, fulgurante

2

commentaires

Aujourd’hui, je voulais écrire sur Monumenta et sur le Salon de Montrouge, deux manifestations exactement opposées, puisque l’une marque le triomphe d’un artiste déjà reconnu par une œuvre au caractère monumental, alors l’autre a pour objectif, à travers une multitude de pièces, de faire découvrir de jeunes artistes qui n’ont pas encore de la galerie et dont le travail a été très peu vu. Je voulais dire que le Monumenta confié à l’artiste d’origine chinoise Huang Yong Ping est certes très spectaculaire et impressionnant formellement (un squelette de serpent métallique posé sur des containers qui court dans tout l’espace du […]

lire la suite .../ ...
Monaco, glamour toujours

Monaco, glamour toujours

0

commentaire

Le week-end dernier, s’est tenue, au Grimaldi Forum, la première édition d’artmonte-carlo, un salon d’art initié par les organisateurs d’artgenève. Et pour ce premier rendez-vous, de nombreuses et bonnes galeries françaises (Air de Paris, Almine Rech, Art : Concept, Laurent Godin, Mitterand, Praz-Delavallade, etc.) et internationales (Victoria Miro, Blondeau & Cie, Pace, Filomena Soares) ont répondu à l’appel. Diverses manifestations dans la ville et aux alentours, ainsi qu’une « nuit blanche », ont aussi soutenu ce salon qui peut légitimement trouver sa place dans une région à fort pouvoir d’achat. Le résultat est d’ailleurs plus qu’encourageant. Dans de beaux stands, bien aménagés et […]

lire la suite .../ ...
PAGE12345...10...Last »