de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Livres

Les 50 ans de la galerie Templon

3

commentaires

Longue histoire que celle de la galerie Daniel Templon qui fête cette année ses cinquante ans et qui constitue sans conteste une des galeries les plus influentes pour l’histoire et le marché de l’art français du demi-siècle passé ! Tout commence en 1966, lorsque Daniel Templon, qui n’est alors âgé que de 21 ans et qui a eu la révélation de l’art en découvrant des cartes postales reproduisant des œuvres d’artistes contemporains à la librairie Maspero, décide, avec quelques compères, d’ouvrir une galerie dans une cave de la rue Bonaparte. Nous sommes deux ans avant les évènements de 68 et en […]

lire la suite .../ ...
Patrick Faigenbaum dans l’intimité indienne

2

commentaires

Patrick Faigenbaum est un portraitiste. C’est en tous cas comme cela qu’il s’est fait connaître, dans les années 80, avec ses très belles séries de photos en noir et blanc de familles nobles italiennes, qu’il faisait poser de manière très hiératique dans les maisons qui étaient les leurs. Mais il a aussi photographié des paysages et des villes comme Prague, il y a quelques années, placée sous l’ombre de Kafka, Tulle ou Santulussurgiu, ce village de Sardaigne d’où sa compagne est originaire et où vivent encore ses proches. Quoiqu’il en soit, qu’il s’agisse de gens ou de lieux, que les […]

lire la suite .../ ...
Amoureux de la France

Amoureux de la France

0

commentaire

« Toutes mes rencontres et mes amitiés avec des artistes et des écrivains ont constitué un orchestre complet où je pourrais presque dire qu’aucun instrument ne manquait » : ainsi s’exprime Werner Spies dans son épais livre de mémoires, Les Chances de ma vie, qui vient de paraître chez Gallimard, dans une excellente traduction française de Bernard Lortholary. Une affirmation qui peut sembler présomptueuse, mais qui se révèle exacte chez ce francophile passionné, au demeurant mélomane, qui a passé l’essentiel de son existence dans notre pays, rencontré ses artistes les plus illustres et servi de passeur zélé de la culture franco-allemande. Et au […]

lire la suite .../ ...
Paul Durand-Ruel, premier marchand moderne

0

commentaire

Pour les musées, les expositions sur les impressionnistes sont, en général, sans risque. Le public s’extasie devant les dégradés de couleur ou les variations sur la lumière, on fait la queue pendant des heures pour voir les rétrospectives Monet ou Renoir et on repart avec tout un stock de produits dérivés reproduisant des champs de fleurs, des réunions champêtres ou des soleils couchants. C’en est devenu une opération commerciale presque écoeurante et on y verrait un sommet d’académisme, en oubliant, malgré l’admiration qu’on peut avoir pour leurs œuvres, à quel point ces artistes furent honnis et combattus en leur temps. […]

lire la suite .../ ...
Agnès Thurnauer, écriture plurielle

0

commentaire

Agnès Thurnauer peint et sculpte, mais elle écrit aussi. Elle écrit dans ses tableaux et avec ses sculptures comme pour mieux souligner la pensée qui les a fait naître. Mais elle écrit aussi un journal et des notes de travail qui ont été récemment publiés aux Editions des Beaux-Arts. Car pour cette artiste, « écriture » et « pratique d’atelier » ne sont pas contradictoires, mais participent d’un même mouvement, qui est de l’ordre de la performance et qui a pu faire dire que sa peinture était « conceptuelle ». Rencontre avec cette figure singulière, qui a eu une exposition importante au Musée des Beaux-Arts de […]

lire la suite .../ ...
Jean-Luc Verna, l’entre-deux

1

commentaire

Ce qui frappe d’abord, quand on voit Jean-Luc Verna, l’artiste à qui est consacrée la monographie qui vient de paraître chez Flammarion, c’est son corps : un corps tatoué de la tête aux pieds, avec des piercings sur les ailes du nez qui lui donnent un air de diablotin et souvent des lentilles de contact de couleur qui le font ressembler à une créature venue d’ailleurs. Un corps construit, donc, et volontairement façonné. Un corps dont il use comme performer dans des spectacles de Giselle Vienne, comme chanteur dans ses divers groupes rock (surtout I Apologize), comme acteur dans plusieurs vidéos […]

lire la suite .../ ...
Artistes d’artistes

Artistes d’artistes

0

commentaire

Il est des artistes qui ne sont pas toujours très connus du grand public, mais qui ont une influence considérable sur les autres artistes de leur génération ou sur les artistes des générations suivantes. Ce sont des artistes souvent à part, dont l’œuvre elle-même est insaisissable et qui, par leur vie ou leur comportement, n’en facilitent pas la compréhension. Et bon nombre d’entre eux sont morts jeunes, soit fauchés par des maladies liées aux drogues ou aux excès, soit parce qu’ils en ont décidés ainsi. Ce sont ce qu’on appelle les « artistes d’artistes » et l’actualité en met deux sur le […]

lire la suite .../ ...
Hors norme

Hors norme

0

commentaire

Dans mon précédent billet (http://larepubliquedelart.com/picabia-et-lucian-freud-en-ecrits/), je vous parlais de livres ayant trait à la peinture. Je voudrais en rajouter deux, qui, dans leurs formes ou leurs  volumes, se démarquent largement de ce qui peut être publié ailleurs. Le premier est de Claude Eveno. Il a pour titre : Un monde avant, et pour sous-titre : « Voyages intérieurs dans la peinture ». Rédacteur en chef des Cahiers du CCI et éditeur du Centre de Création Industrielle, entre autres, Claude Eveno s’est d’abord intéressé à l’art du XXe siècle pour les possibilités de rupture qu’il offrait. Mais il a ensuite éprouvé le besoin de revenir […]

lire la suite .../ ...
Picabia et Lucian Freud en écrits

2

commentaires

Picabia et Lucian Freud, deux des plus grands peintres du XXe siècle : on réédite l’unique roman du premier, Caravansérail, écrit en 1924, et Geordie Greig, un journaliste anglais, consacre une biographie pleine de charme au second. De Picabia, on connaissait bien sûr la géniale peinture et la poésie, mais on savait moins qu’il était l’auteur d’un roman. Il a pourtant écrit Caravansérail, que les éditions Belfond  avaient publié une première fois en 1975, mais qui avait rapidement été épuisé, et qu’ils republient aujourd’hui, à l’occasion du soixantième anniversaire de la mort de l’artiste. La genèse de ce livre, il […]

lire la suite .../ ...
L’Orient sensuel et rêveur de Youssef Nabil

0

commentaire

On reconnaît une photo de Youssef Nabil entre mille. A ses couleurs d’abord : pastelles, passées, comme sorties d’un vieux livre ou d’un magazine de cinéma des années 50. Il faut dire que l’artiste use d’une technique bien particulière, à laquelle il reste toujours fidèle : il fait des photographies argentiques en noir et blanc et colorie ensuite chaque tirage à la main, ce qui les situe entre photo et peinture et leur donne un caractère unique (à l’instar de Pierre et Gilles, sauf que Youssef Nabil tire en plusieurs exemplaires  et utilise la couleur de manière plus douce). C’est pour rendre […]

lire la suite .../ ...
L’art du skate et de la conversation

0

commentaire

  Il est des artistes qui pratiquent un art « ouvert », c’est-à-dire un art qui renvoie à d’autres secteurs de l’activité humaine (la science, l’écologie, la politique, etc) et qui procède par glissements, analogies, digressions. Le contraire, donc, d’un art « fermé, qui s’autonourrit, et impose un spectateur une seule grille de lecture, un sens unique et incontestable, un Moi divin. Un art qui sollicite l’intelligence, appelle le rebond, force l’imagination : en somme, un art de la conversation tel que le pratiquaient les Lumières au XVIIIe siècle et qui a donné lieu à quelques correspondances ou à quelques romans épistolaires parmi les […]

lire la suite .../ ...