de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Expositions

Moulages d’hier et d’aujourd’hui

0

commentaire

Aux Beaux-Arts de Paris, les moulages en plâtre sont partout. Dans les couloirs et les cours intérieures, pour que les étudiants aient toujours à l’esprit les plus belles sculptures classiques, mais aussi dans la Chapelle des Petits-Augustins qui fut, rappelons-le, pendant la Révolution et sous l’impulsion d’Alexandre Lenoir, le premier endroit où l’on rassembla des œuvres d’art afin de les constituer en collection publique, l’ancêtre du Musée du Louvre. Et lorsque celui-ci vit le jour, quelques années plus tard et qu’on restitua aux différents monuments les œuvres qui avaient été mises à l’abri pendant la Révolution, on les remplaça, tout […]

lire la suite .../ ...
Eloge sylvestre

Eloge sylvestre

0

commentaire

C’est une petite exposition, mais elle est riche et elle se savoure avec le plaisir des mets précieux, sans jamais risquer l’indigestion, la satiété. Elle se tient en plus dans ce charmant endroit qu’est le Musée Zadkine, près du Luxembourg, au cœur d’un jardin dans lequel vécurent et travaillèrent pendant près de quarante ans le sculpteur d’origine russe et son épouse, Valentine Prax. En fait, comme le dit Noëlle Chabert, qui en est commissaire, « l’exposition Le Rêveur dans la forêt s’inscrit dans la continuité d’une programmation qui tend à réinsérer l’œuvre de Zadkine dans son contexte historique et à la […]

lire la suite .../ ...
La disparition

La disparition

0

commentaire

Il y a plusieurs manières d’aborder les questions de mort, de perte et de disparition. Christian Boltanski, lui, les aborde frontalement, sans ambages. Depuis ses débuts en 1967 et -de son propre aveu-  en raison de son histoire familiale (son père était juif et une partie de sa famille a connu l’horreur des camps), il parle de la mort et en particulier de celle des autres, des anonymes auxquels il dresse une stèle, mais sans jamais citer directement la Shoah, en évitant aussi de montrer des cadavres. Il déclare : « J’ai décidé de m’atteler au projet qui me tient à cœur […]

lire la suite .../ ...
Les oiseaux nichent au Palais

Les oiseaux nichent au Palais

0

commentaire

Connaissez-vous le Palais idéal du Facteur Cheval ? Situé dans le petit village de Hauterives, dans la Drôme, à 45 mn en voiture de Valence, c’est un édifice surprenant, qui ressemble à première vue à un temple asiatique. Il est l’œuvre de Ferdinand Cheval, facteur de son métier, qui pourtant n’a pas bougé de sa région de toute son existence. Pendant plus de 30 ans, entre 1879 et 1912, à partir des cartes postales ou des reproductions auxquelles il avait accès, et en ayant recours à des techniques de construction tout à fait novatrices, cet original construisit, la nuit, à partir […]

lire la suite .../ ...
Kiki Smith, le corps, le cosmos, l’animal

0

commentaire

La folle semaine de la Fiac s’est achevée et, avec elle, tous les vernissages et autres manifestations qui l’ont accompagnée et sur certains desquels nous reviendrons plus tard. Parmi eux, toutefois, un mérite qu’on s’y attelle sans tarder : l’exposition Kiki Smith qui vient d’ouvrir ses portes à la Monnaie de Paris. Kiki Smith, on a vu régulièrement ses travaux à la galerie Lelong qui la représente ou sur les foires, mais aucune exposition d’envergure n’avait été présentée à ce jour en France. C’est pourtant une artiste majeure de la scène américaine et s’il fallait le prouver, on rappellerait la performance […]

lire la suite .../ ...
Triste début de Fiac

Triste début de Fiac

0

commentaire

Dans le monde de l’art contemporain français, la semaine qui commence demain est sans doute la plus chargée de l’année, parce que c’est la semaine de la Fiac et que toutes les galeries ou les institutions veulent profiter de l’émulation qu’elle suscite et de la venue à Paris de nombreux collectionneurs étrangers. Au risque que de nombreux événements ne soient pas bien regardés, ou, pire, qu’ils se noient dans l’abondance des propositions. Mais c’est la règle du jeu et, malgré les risques,  personne ne veut laisser sa part de gâteau. Ainsi verra-t-on l’ouverture de l’espace  parisien de l’importante galerie David […]

lire la suite .../ ...
Blatrix-Kiswanson: travail bien fait

1

commentaire

Dans le champ de l’art contemporain, où la conceptualisation et la délégation font souvent loi, Camille Blatrix occupe une place un peu particulière : il fait presque tout lui-même, de ses propres mains, et se refuse à tenir un discours théorique sur ses œuvres. Pourtant, celles-ci ne relèvent pas de l’artisanat, puisqu’elles n’ont pas de fonction pratique, mais elles partent d’objets du quotidien (une sonnette, une borne informative, par exemple) pour les détourner et leur donner un autre statut, les faire glisser vers un registre qui est celui qui différencie justement l’art de l’artisanat. En fait, Camille Blatrix croit en la […]

lire la suite .../ ...
Rien n’est vieux parce que nous sommes trop jeunes

0

commentaire

“Rien n’est vieux parce que nous sommes trop jeunes” (Nothing is Old Because we are Too Young), tel est le titre de l’exposition que le peintre grec Apostolos Georgiou présente actuellement chez gb agency. Mais cette maxime pleine de panache et de fantaisie pourrait s’étendre à deux autres peintres, qui ne sont pas non plus de jeunes artistes et dont les œuvres sont également visibles en ce moment à Paris. Georg Baselitz, qui est montré dans l’espace muséal de Pantin de la galerie Thaddaeus Ropac, annonce d’emblée la couleur. Avec Time, le titre de l’exposition, il entend bien méditer sur […]

lire la suite .../ ...
Bienveillance

Bienveillance

2

commentaires

C’est la rentrée et les galeries parisiennes ont rouvert leurs portes, la semaine dernière, avec pléthore d’expositions. Parmi cette abondance de propositions, nous en avons retenu quelques-unes, d’artistes que nous aimons bien, et dont le thème commun pourrait être la bienveillance. Et quoi de plus bienveillant que cette Vierge en plâtre usée par le temps que l’on découvre, de dos, en franchissant le seuil de la galerie Imane Fares et qui est une pièce phare de l’exposition que James Webb, artiste sud-africain que l’on n’a pas vu très souvent en France, y présente ? La Vierge est tournée contre le mur, […]

lire la suite .../ ...
Nice fête le cinéma

Nice fête le cinéma

0

commentaire

Depuis 2013, Jean-Jacques Aillagon a accepté la proposition du maire de Nice de coordonner, tous les deux ans, une grande exposition dans différents musées de la ville. Il y eut, entre autres, une exposition autour des palmes et de Matisse, puis une exposition autour des artistes de Fluxus et de l’Ecole de Nice. A chaque fois, le Musée Masséna, le Mamac, le Musée Chagall ou le Musée Matisse font partie de l’aventure. Cette année, ce sont les 100 ans des Studios de la Victorine qui sont à la fête et l’exposition prend naturellement pour thème le cinéma. C’est donc au […]

lire la suite .../ ...
A Monaco, Dali populaire, Spalletti secret

1

commentaire

Chaque été, le Grimaldi Forum de Monaco présente une grande exposition destinée à satisfaire le plus large public. Les années précédentes, Warhol, Bacon ou encore un choix d’œuvres de la collection Pinault faisant référence à l’histoire de l’art, Art Lovers, furent à l’honneur. Et en alternance, des expositions consacrées à des pays et des civilisations (Les Reines d’Egypte, La Cité interdite) attirèrent les foules. Mais populaire ne veut pas dire vulgaire et la plupart de ces grandes manifestations, qui rassemblaient toujours des œuvres de première importance, firent preuve d’excellence, avec des scénographies souvent remarquables et des accrochages très élaborés. C’est […]

lire la suite .../ ...
« Luogo e Segni », élégance, calme et limpidité

0

commentaire

A Venise, tandis que se tient, sous la direction de Ralph Rugoff, une Biennale bouillonnante, très prospective et contemporaine -même si elle n’est pas toujours convaincante-, une autre exposition a lieu, qui en est un peu le contrepoint, sur le plan du calme et de la sérénité. Il s’agit de Luogo e Segni, qui est présentée à la Punta della Dogana (Pointe de la Douane), un des deux espaces de la Collection Pinault, sous le commissariat de Martin Bethenod et de Mouna Mekouar. Elle prend son titre d’une très belle œuvre de Carol Rama, qui signifie « Lieu et Signes » et […]

lire la suite .../ ...
A Mouans-Sartoux, un art plus naturel que concret

0

commentaire

On va encore vanter le charme de l’Espace de l’Art Concret, ce centre d’art situé dans la ravissante commune de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) et où se trouve la donation Albers-Honegger (cf http://larepubliquedelart.com/concret-vous-avez-dit-concret/). En été, lorsque la chaleur s’abat sur la région et que les journées s’étirent paresseusement, c’est un bonheur d’arpenter les allées fraîches de son parc ou d’assister, le soir, à un spectacle ou à une projection dans la cour du beau Château qui est un de ses deux lieux d’exposition. Et celles qu’il propose sont bien souvent passionnantes, comme celle, il y a deux ans, consacrée aux années de […]

lire la suite .../ ...
Cristof Yvoré, révolution intérieure

1

commentaire

Il a plusieurs fois été question de Cristof Yvoré, ce peintre français malheureusement disparu il y a déjà six dans ces colonnes (cf http://larepubliquedelart.com/cristof-yvore-ou-la-solitude-en-peinture/ et http://larepubliquedelart.com/intimes/). Et c’était à chaque fois pour déplorer que le travail d’un artiste de cette envergure ne soit pas davantage défendu en France, que seule sa galerie, la puissante Zeno X, qui représente aussi Marlene Dumas et Luc Tuymans, le montre sur les foires ou dans ses espaces anversois, qu’il faille aller aux Etats-Unis, en Allemagne ou en Chine pour pouvoir découvrir son œuvre…Une première exposition, il y a deux ans, au Frac PACA, avait […]

lire la suite .../ ...
L’opéra et les arts plastiques, enfin

2

commentaires

L’opéra et les arts plastiques : un vrai sujet et qui n’a donné lieu à aucune étude sérieuse à ce jour. Car si les liens entre le ballet et les artistes au XXe siècle ont été souvent commentés (que l’on pense par exemple à Picasso pour Parade, Picabia pour Relâche ou, plus près de nous, Buren pour Daphnis et Chloé et Olafur Eliasson pour Tree of Codes, pour n’en citer que quelques-uns), ceux qui unissent l’art lyrique et la création visuelle sont davantage restés dans l’ombre. Il est vrai que l’opéra, avec ses contraintes, sa forme narrative, ses personnages, etc., est […]

lire la suite .../ ...
L’amour, toujours l’amour

0

commentaire

L’été, c’est bien connu, est la saison du sexe, des amours passagères, des corps qui s’abandonnent. Les magazines en font généralement la une de leur numéro « spécial vacances ». C’est ce que dans le jargon journalistique, on appelle un « marronnier », c’est-à-dire un thème qui revient régulièrement comme les « bonnes résolutions de la rentrée » ou la « côte de l’immobilier ». Mais les relations amoureuses d’aujourd’hui sont-elles les mêmes que celles d’hier, les codes ne changent-ils pas avec les époques ? Une fois n’est pas coutume, c’est l’art contemporain qui répond à la question. Après L’Hiver de l’amour, dans les années 90, au Musée d’art […]

lire la suite .../ ...
D’ailleurs et d’ici

D’ailleurs et d’ici

0

commentaire

Le Palais de Tokyo aime les chemins de traverse, c’est une de ses grandes qualités. Il y a quelques années, il avait présenté Le Bord des mondes, une exposition qui présentait des oeuvres dont on ne savait pas si elles relevaient du champ de l’art ou pas. L’an passé, pour son exposition estivale consacrée à l’enfance, il avait chargé l’artiste Clément Cogitore de demander à des artisans de concevoir des pièces qui étaient comme des lieux de transitions entre les œuvres plus traditionnellement répertoriées. Le résultat ne s’est pas toujours révélé parfaitement convaincant (surtout dans le second cas), mais il […]

lire la suite .../ ...
So British!, le Pinault anglais à Rouen

1

commentaire

Fondé au début du XIXe siècle, le Musée des Beaux-Arts de Rouen est une des collections publiques les plus importantes de France, après Paris, qui réunit peintures, sculptures, dessins et objets d’art de toutes les époque, du XVe siècle à nos jours. La peinture du XIXe siècle y est particulièrement bien représentée, avec des toiles de Géricault, Delacroix, Corot ou Gustave Moreau. Mais celle du siècle précédent n’est pas en reste (Fragonard, Boucher, Hubert Robert), ni celle du Grand Siècle (Rubens, un somptueux Caravage, Poussin, Velasquez, etc.). Et bien sûr, les Impressionnistes y ont une place particulière, eux qui firent […]

lire la suite .../ ...
Dora Maar, l’artiste avant la muse

0

commentaire

Après Marie Vassilieff (cf http://larepubliquedelart.com/le-fantome-de-marie-vassilieff/), réhabilitation des femmes artistes oubliées, suite. Enfin, « oubliée », dans le cas de Dora Maar, n’est pas vraiment exact, car son nom est définitivement associé à celui de Picasso dont elle fut la muse et la maîtresse. Mais c’est précisément pour cet aspect de son existence qu’elle est restée connue et pas pour son travail personnel, qui n’est pourtant pas négligeable. C’est ce dernier qu’entend mettre en avant le Centre Pompidou dans la rétrospective, la plus grande jamais réalisée en France, qu’il lui consacre actuellement. Et comment mieux présenter Dora Maar que par l’extrait de Quai […]

lire la suite .../ ...
Le fantôme de Marie Vassilieff

0

commentaire

L’heure est à la réhabilitation, surtout celle d’artistes femmes qui ont longtemps pâti d’un milieu professionnel dominé par les hommes. Il y a peu, c’est le travail de la polonaise Alina Szapocznikow , morte prématurément en 1973, qui a été reconsidéré et qui atteint désormais des sommets en salles de ventes. Récemment, c’est Rosemarie Castoro, première épouse de Carl Andre, qui a eu les honneurs d’une exposition rétrospective chez Thaddhaeus Ropac (cf http://larepubliquedelart.com/forets-puissantes/). Et quand elles n’étaient pas déjà mortes, c’est tardivement que des artistes comme Louise Bourgeois, dont il a été question dans un précédent billet (cf http://larepubliquedelart.com/sonia-delaunay-louise-bourgeois-deux-femmes-puissantes/) ou Etel […]

lire la suite .../ ...