de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Expositions

A Monaco, Dali populaire, Spalletti secret

0

commentaire

Chaque été, le Grimaldi Forum de Monaco présente une grande exposition destinée à satisfaire le plus large public. Les années précédentes, Warhol, Bacon ou encore un choix d’œuvres de la collection Pinault faisant référence à l’histoire de l’art, Art Lovers, furent à l’honneur. Et en alternance, des expositions consacrées à des pays et des civilisations (Les Reines d’Egypte, La Cité interdite) attirèrent les foules. Mais populaire ne veut pas dire vulgaire et la plupart de ces grandes manifestations, qui rassemblaient toujours des œuvres de première importance, firent preuve d’excellence, avec des scénographies souvent remarquables et des accrochages très élaborés. C’est […]

lire la suite .../ ...
« Luogo e Segni », élégance, calme et limpidité

0

commentaire

A Venise, tandis que se tient, sous la direction de Ralph Rugoff, une Biennale bouillonnante, très prospective et contemporaine -même si elle n’est pas toujours convaincante-, une autre exposition a lieu, qui en est un peu le contrepoint, sur le plan du calme et de la sérénité. Il s’agit de Luogo e Segni, qui est présentée à la Punta della Dogana (Pointe de la Douane), un des deux espaces de la Collection Pinault, sous le commissariat de Martin Bethenod et de Mouna Mekouar. Elle prend son titre d’une très belle œuvre de Carol Rama, qui signifie « Lieu et Signes » et […]

lire la suite .../ ...
A Mouans-Sartoux, un art plus naturel que concret

0

commentaire

On va encore vanter le charme de l’Espace de l’Art Concret, ce centre d’art situé dans la ravissante commune de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) et où se trouve la donation Albers-Honegger (cf http://larepubliquedelart.com/concret-vous-avez-dit-concret/). En été, lorsque la chaleur s’abat sur la région et que les journées s’étirent paresseusement, c’est un bonheur d’arpenter les allées fraîches de son parc ou d’assister, le soir, à un spectacle ou à une projection dans la cour du beau Château qui est un de ses deux lieux d’exposition. Et celles qu’il propose sont bien souvent passionnantes, comme celle, il y a deux ans, consacrée aux années de […]

lire la suite .../ ...
Cristof Yvoré, révolution intérieure

1

commentaire

Il a plusieurs fois été question de Cristof Yvoré, ce peintre français malheureusement disparu il y a déjà six dans ces colonnes (cf http://larepubliquedelart.com/cristof-yvore-ou-la-solitude-en-peinture/ et http://larepubliquedelart.com/intimes/). Et c’était à chaque fois pour déplorer que le travail d’un artiste de cette envergure ne soit pas davantage défendu en France, que seule sa galerie, la puissante Zeno X, qui représente aussi Marlene Dumas et Luc Tuymans, le montre sur les foires ou dans ses espaces anversois, qu’il faille aller aux Etats-Unis, en Allemagne ou en Chine pour pouvoir découvrir son œuvre…Une première exposition, il y a deux ans, au Frac PACA, avait […]

lire la suite .../ ...
L’opéra et les arts plastiques, enfin

2

commentaires

L’opéra et les arts plastiques : un vrai sujet et qui n’a donné lieu à aucune étude sérieuse à ce jour. Car si les liens entre le ballet et les artistes au XXe siècle ont été souvent commentés (que l’on pense par exemple à Picasso pour Parade, Picabia pour Relâche ou, plus près de nous, Buren pour Daphnis et Chloé et Olafur Eliasson pour Tree of Codes, pour n’en citer que quelques-uns), ceux qui unissent l’art lyrique et la création visuelle sont davantage restés dans l’ombre. Il est vrai que l’opéra, avec ses contraintes, sa forme narrative, ses personnages, etc., est […]

lire la suite .../ ...
L’amour, toujours l’amour

0

commentaire

L’été, c’est bien connu, est la saison du sexe, des amours passagères, des corps qui s’abandonnent. Les magazines en font généralement la une de leur numéro « spécial vacances ». C’est ce que dans le jargon journalistique, on appelle un « marronnier », c’est-à-dire un thème qui revient régulièrement comme les « bonnes résolutions de la rentrée » ou la « côte de l’immobilier ». Mais les relations amoureuses d’aujourd’hui sont-elles les mêmes que celles d’hier, les codes ne changent-ils pas avec les époques ? Une fois n’est pas coutume, c’est l’art contemporain qui répond à la question. Après L’Hiver de l’amour, dans les années 90, au Musée d’art […]

lire la suite .../ ...
D’ailleurs et d’ici

D’ailleurs et d’ici

0

commentaire

Le Palais de Tokyo aime les chemins de traverse, c’est une de ses grandes qualités. Il y a quelques années, il avait présenté Le Bord des mondes, une exposition qui présentait des oeuvres dont on ne savait pas si elles relevaient du champ de l’art ou pas. L’an passé, pour son exposition estivale consacrée à l’enfance, il avait chargé l’artiste Clément Cogitore de demander à des artisans de concevoir des pièces qui étaient comme des lieux de transitions entre les œuvres plus traditionnellement répertoriées. Le résultat ne s’est pas toujours révélé parfaitement convaincant (surtout dans le second cas), mais il […]

lire la suite .../ ...
So British!, le Pinault anglais à Rouen

1

commentaire

Fondé au début du XIXe siècle, le Musée des Beaux-Arts de Rouen est une des collections publiques les plus importantes de France, après Paris, qui réunit peintures, sculptures, dessins et objets d’art de toutes les époque, du XVe siècle à nos jours. La peinture du XIXe siècle y est particulièrement bien représentée, avec des toiles de Géricault, Delacroix, Corot ou Gustave Moreau. Mais celle du siècle précédent n’est pas en reste (Fragonard, Boucher, Hubert Robert), ni celle du Grand Siècle (Rubens, un somptueux Caravage, Poussin, Velasquez, etc.). Et bien sûr, les Impressionnistes y ont une place particulière, eux qui firent […]

lire la suite .../ ...
Dora Maar, l’artiste avant la muse

0

commentaire

Après Marie Vassilieff (cf http://larepubliquedelart.com/le-fantome-de-marie-vassilieff/), réhabilitation des femmes artistes oubliées, suite. Enfin, « oubliée », dans le cas de Dora Maar, n’est pas vraiment exact, car son nom est définitivement associé à celui de Picasso dont elle fut la muse et la maîtresse. Mais c’est précisément pour cet aspect de son existence qu’elle est restée connue et pas pour son travail personnel, qui n’est pourtant pas négligeable. C’est ce dernier qu’entend mettre en avant le Centre Pompidou dans la rétrospective, la plus grande jamais réalisée en France, qu’il lui consacre actuellement. Et comment mieux présenter Dora Maar que par l’extrait de Quai […]

lire la suite .../ ...
Le fantôme de Marie Vassilieff

0

commentaire

L’heure est à la réhabilitation, surtout celle d’artistes femmes qui ont longtemps pâti d’un milieu professionnel dominé par les hommes. Il y a peu, c’est le travail de la polonaise Alina Szapocznikow , morte prématurément en 1973, qui a été reconsidéré et qui atteint désormais des sommets en salles de ventes. Récemment, c’est Rosemarie Castoro, première épouse de Carl Andre, qui a eu les honneurs d’une exposition rétrospective chez Thaddhaeus Ropac (cf http://larepubliquedelart.com/forets-puissantes/). Et quand elles n’étaient pas déjà mortes, c’est tardivement que des artistes comme Louise Bourgeois, dont il a été question dans un précédent billet (cf http://larepubliquedelart.com/sonia-delaunay-louise-bourgeois-deux-femmes-puissantes/) ou Etel […]

lire la suite .../ ...
Préhistoire, affaire de temps et d’origine

1

commentaire

Pour l’homme d’aujourd’hui, la notion de préhistoire a toujours existé, elle se confond avec les dinosaures, les cavernes ou la guerre du feu. Pourtant c’est une notion relativement moderne, qui a commencé à naître au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle, grâce à la stratigraphie. A cette période, on apprend en effet à distinguer les « époques de la nature » dans les couches de la terre. Puis, vers le milieu du XIXe siècle, on apprend que l’homme a eu sa place sur la planète bien avant ce que l’on imaginait, en particulier par la découverte accidentelle des premiers objets symboliques […]

lire la suite .../ ...
Retour à la matière

Retour à la matière

0

commentaire

Depuis qu’il est responsable de la programmation artistique de La Verrière, ce lieu d’exposition (sous verrière) prolongeant le magasin Hermès de Bruxelles, Guillaume Désanges a tenu à fonctionner par cycles. Un premier, Des gestes de la pensée (2013-2016), se plaçait sous la houlette de Duchamp et tendait à prouver que les artistes pouvaient tout autant faire preuve de conceptualisme que de formalisme. Un deuxième, Poésie balistique (2016-2019), voulait montrer l’écart existant les intentions et le résultat dans certaines formes d’abstractions radicales, la manière dont la poésie s’infiltre, souvent à l’insu du créateur, dans l’œuvre d’art. A chaque fois, une exposition […]

lire la suite .../ ...
Théâtralités anciennes et contemporaines

1

commentaire

Ces dernières années, on a de plus en plus assisté à la réhabilitation, dans des galeries d’art contemporain, d’artistes un peu oubliés ou en passe de l’être et à la confrontation d’artistes d’aujourd’hui avec des artistes historiques. Emmanuel Perrotin, par exemple, représente les successions Hartung et Soto. Christophe Gaillard, qui défendait déjà Michel Journiac et Daniel Pommereulle, vient d’ajouter à sa liste les noms de Ceija Stojka, cette artiste autrichienne que l’on avait découvert à la Maison Rouge et qui a livré un témoignage bouleversant sur les camps de concentration (cf http://larepubliquedelart.com/la-demesure-et-lhumilite/), et de Pierre Tal Coat. Quant au critique […]

lire la suite .../ ...
Jeunes, artistes et européens

0

commentaire

La Fondation Cartier a eu l’idée à la fois folle et ambitieuse, avec Jeunes artistes en Europe, de consacrer une exposition « à la diversité des voix et à la vitalité des échanges qui animent le vaste territoire artistique européen ». Folle et ambitieuse, parce que, quand on sait le nombre de jeunes artistes que l’on recense sur notre Vieux Monde, on se demande comment on peut faire une sélection qui tienne dans une seule exposition, qui plus est de taille tout à fait raisonnable, puisqu’elle n’occupe (si l’on peut dire) que les deux niveaux du bâtiment. On pense alors qu’il s’agit […]

lire la suite .../ ...
Le dessin à la fête

Le dessin à la fête

0

commentaire

Cette semaine, à Paris, c’est la semaine du dessin et jusqu’à la fin du week-end se tiennent simultanément le Salon du dessin au Palais Brongniart, Drawing Now, le salon du dessin contemporain, au Carreau du Temple et DDessin dans l’ancienne imprimerie du magazine L’illustration, rue de Richelieu. Si le premier, qui propose des feuilles classiques ou de l’art moderne, en est à sa 28e édition, le deuxième, qui se concentre sur le dessin d’aujourd’hui, n’en est qu’à sa 13e, mais il a su trouver une place particulière dans la longue liste des foires qui fleurissent, désormais, tout au long de […]

lire la suite .../ ...
Houseago et Schütte, les deux Thomas, sculpteurs monumentaux

1

commentaire

Dans la sculpture contemporaine, les artistes qui s’attaquent à des formats monumentaux ne sont pas légion. Il faut une force psychologique pour se confronter à l’héritage de l’histoire de l’art et se lancer dans une aventure, souvent coûteuse et longue, qui ne permet aucun droit à l’erreur. Et une force physique pour aborder la matière, surtout si l’artiste s’y implique directement, qu’il ne délègue rien et que la trace de sa main y est présente. C’est le cas de Thomas Houseago, ce sculpteur anglais né à Leeds, dans une famille modeste, qui pratiqua très tôt le dessin et qui eut […]

lire la suite .../ ...
Hammershøi et Vuillard, intérieurs contrastés

4

commentaires

Une fois n’est pas coutume : parlons d’un art qui n’est pas contemporain, mais qui a beaucoup influencé les contemporains. Je veux évoquer les expositions Hammershøi et Les Nabis et le décor qui se tiennent respectivement au Musée Jacquemart André et au Musée du Luxembourg. Vilhelm Hammershøi -faut-il le rappeler ?- est un peintre danois né en 1864, dans une famille bourgeoise ouverte à la culture, et mort en 1916. Très jeune, il manifeste des dons pour le dessin et ses parents l’encouragent dans cette voie (son frère est également peintre). Après des études à l’Académie royale des Beaux-Arts  de Copenhague, il […]

lire la suite .../ ...
Après les seventies, les eighties…

0

commentaire

Enfin une exposition « fun » à la Villa Arson ! Enfin, « fun » ne veut pas dire pour autant superficielle, légère ou simplement divertissante, mais il est vrai qu’elle tranche, tant par le choix des artistes que par le concept mis en œuvre, sur la radicalité et le cérébralisme auxquels nous a habitué le centre d’art niçois. De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’une exposition intitulée Tainted Love, du nom du tube du duo Soft Cell qui fit les beaux soirs des discothèques au début des années 80, et elle a été conçue par Yann Chevalier, qui est le directeur du Confort Moderne de […]

lire la suite .../ ...
Ellsworth Kelly, fenêtres sans vue

3

commentaires

C’est une petite exposition, mais qui en vaut bien une grande. Et elle constitue une sorte de retour aux sources, puisque la « Fenêtre » qu’Ellsworth Kelly réalisa, en 1949, d’après une de celles du Musée national d’art moderne situé alors dans l’actuel Palais de Tokyo et dont il fit don au musée quelques mois avant sa mort, en 2015, y figure. Elle y figure au même titre que les cinq autres que l’artiste réalisa lors de son séjour en France, entre 1948 et 1954, et qui préfigurent son esthétique à venir. Mais peut-être est-il nécessaire de faire un rapide retour en […]

lire la suite .../ ...
Forêts puissantes

Forêts puissantes

2

commentaires

Récemment, à l’occasion de l’exposition des attentions qui se tient actuellement au Crédac d’Ivry, je vous parlais de Daniel Steegmann Mangrané, cet artiste espagnol qui vit actuellement au Brésil et qui est fasciné par la forêt tropicale (cf http://larepubliquedelart.com/lindividuel-dans-le-collectif/). Et j’évoquais les quatre très beaux hologrammes qui figurent dans l’exposition et qui mettent en scène des phasmes, ces étranges insectes qui ont la forme de bâtonnets et qui se fondent au point de sembler disparaître dans l’environnement dans lequel ils évoluent. C’est encore le phasme qui est au cœur de l’exposition qu’il présente actuellement à l’IAC (Institut d’art contemporain) de […]

lire la suite .../ ...