de Patrick Scemama

en savoir plus

La République de l'Art

Expositions

Le hasard et la nécessité

Le hasard et la nécessité

0

commentaire

Un mois après les attentats, Bruxelles panse encore ses plaies. Certains accès de métro sont fermés, les contrôles de sécurité sont évidemment renforcés et il semble que, passée une certaine heure, plus grand monde ne circule dans la capitale belge. Pourtant, fidèle à ses habitudes, elle a tenu à célébrer l’art contemporain et, la semaine dernière, pas moins de trois foires, une officielle et deux « off », s’y sont déroulées. La première est bien sûr la traditionnelle Arts Brussels qui, cette année, a aménagé dans de nouveaux et beaux locaux (Tour & Taxis) et qui a eu la bonne idée d’ouvrir […]

lire la suite .../ ...
Autour de Paris

Autour de Paris

2

commentaires

On a souvent du mal à sortir de Paris tant les expositions en galeries, musées ou autres institutions culturelles y sont nombreuses et rassasient le plus affamé des amateurs d’art. Pourtant, en France, même si la vie culturelle se concentre beaucoup sur la capitale, elle ne s’y arrête pas, loin s’en faut, et il suffit parfois de franchir le périphérique pour trouver des propositions aussi excitantes qu’à Belleville ou dans le Marais, parfois même davantage, parce que moins pensées dans l’urgence et dans la rentabilité (je pense en particulier à tous les centres d’art en Ile-de-France reliés par le réseau […]

lire la suite .../ ...
Vous trouvez ça drôle?

Vous trouvez ça drôle?

2

commentaires

Rire. Pour ne pas s’effondrer. Pour rester en vie. Pour ne pas abdiquer face à la violence et la haine, mais aussi à la bêtise et à l’obscurantisme, qui s’abattent chaque jour un peu plus sur nous. Nos amis belges, qui viennent à leur tour de les subir dans leur chair, en savent quelque chose, eux qui ont toujours fait preuve d’un humour si caractéristique qu’il a donné naissance à une locution. Mais le rire n’a pas toujours bonne presse dans le domaine de l’art contemporain. On le juge superficiel, secondaire, incapable d’interroger les grandes causes que celui-ci s’est, semble-t-il, […]

lire la suite .../ ...
Du charbon à la prothèse

Du charbon à la prothèse

0

commentaire

Il y a plus de trente ans que Jannis Kounellis, cette figure essentielle de l’Arte Povera, ami de Heiner Müller et porte-parole d’une pensée révolutionnaire inhérente aux années 70, n’avait pas eu de grande exposition à Paris (une de ses dernières expositions remonte à 1980, au Musée d’art moderne de la ville de Paris). Il était donc légitime qu’une grande institution mette à nouveau sur le devant de la scène le travail sans concession de cet artiste né en Grèce, mais qui vint faire ses études à Rome à l’âge de 20 ans et s’installa définitivement en Italie. Mais qui […]

lire la suite .../ ...
Une certaine idée de la peinture

Une certaine idée de la peinture

1

commentaire

Quatorze ans séparent Gérard Fromanger et Jean-Michel Alberola, deux peintres exposés actuellement à Paris, le premier (né en 1939) au Centre Pompidou et le second (né en 1953) au Palais de Tokyo. Quatorze ans, c’est-à-dire une génération, mais aussi une fracture dans la société française et une évolution importante dans l’histoire de l’art et des idées. Fromanger doit une partie de sa renommée au fait d’avoir accompagné les évènements de Mai 68, alors qu’Alberola émerge sur la scène artistique dans les années 80, au moment où le statut de l’image est mis en question et où règne le concept de […]

lire la suite .../ ...
Archéologie des sens et de l’esprit

0

commentaire

Etrange exposition que celle qui vient de s’ouvrir au CentQuatre sous le titre : Matérialité de l’invisible, l’archéologie des sens. En collaboration avec l’Inrap (Institut national des recherches archéologiques préventives), elle regroupe des travaux d’artistes en résidence dans l’institution dans le cadre du projet européen NEARCH, qui a pour vocation « d’explorer et de renforcer les rapports qu’entretiennent les citoyens européens à l’archéologie et à leur patrimoine culturel ». En bref, donc, elle présente des œuvres d’artistes contemporains qui s’intéressent de près à l’archéologie, avec comme postulat, l’idée que « l’art et l’archéologie ont en commun de rendre visible ce qui ne l’était pas, […]

lire la suite .../ ...
Connaître le monde

Connaître le monde

3

commentaires

« Comment témoigner du monde dans lequel on vit ? Comment s’y inscrire ? Comment faire en sorte que son travail ne soit pas simplement un bel objet décoratif, mais frappe l’attention et fasse sens, dans un monde où la question du sens a de plus en plus tendance à être évacuée ? » : ces questions, les artistes se les posent tout le temps et chacun y répond à sa manière et avec ses moyens. Il est clair, en tous cas, que « l’art pour l’art », la seule recherche du beau, de l’aimable et de l’agréable n’est plus suffisante aujourd’hui (elle ne l’a d’ailleurs jamais été) […]

lire la suite .../ ...
La mode au service de l’art

La mode au service de l’art

0

commentaire

L’art et la mode, une collusion que l’on a toujours dénoncée, un alibi culturel qui cache souvent des ambitions mercantiles. On est donc d’autant plus heureux lorsque de bonnes expositions ont lieu dans des endroits a priori réservés au commerce de luxe. C’est le cas actuellement à Bruxelles, à la Verrière, cet espace d’exposition sous verrière, comme son nom l’indique, que l’on atteint après avoir traversé le magasin Hermès. Mais il est vrai qu’il y a maintenant plusieurs années que ce lieu, géré par la Fondation d’entreprise Hermès, a acquis un statut de mini centre d’art et que, sous la […]

lire la suite .../ ...
Premières expositions de janvier

0

commentaire

On a rangé les sapins de Noël et les galeries parisiennes ont rouvert leurs portes dans un contexte d’attentisme lié aux événements qui ont ensanglanté la capitale en novembre dernier. Nombreux étaient les vernissages, samedi dernier, essentiellement dans le quartier du Marais. Parmi eux, une exposition se distingue, qui semble donner un coup d’énergie à cette rentrée. Il s’agit de celle de Julien des Monstiers présentée à la galerie Christophe Gaillard, A l’ombre des météorites. Julien des Monstiers est un jeune artiste qui a été diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2008 et cette exposition est sa première exposition personnelle […]

lire la suite .../ ...
Adel Abdessemed en transit

Adel Abdessemed en transit

1

commentaire

Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas toujours été très sensible au travail d’Adel Abdessemed. Sa statue géante de Zidane donnant un coup de tête à Materazzi (au pied de laquelle tant de touristes, devant Beaubourg, se sont photographiés), son mur d’animaux calcinés que l’on peut voir actuellement dans l’exposition Picassomania au Grand Palais, sa sculpture en lames de rasoir le représentant, avec son père, dans une attitude de sacrifice reprise d’un tableau du Caravage (dans la dernière exposition de la galerie Yvon Lambert) me semblaient relever davantage de la provocation gratuite et de l’esbroufe que d’une inspiration […]

lire la suite .../ ...
L’art à l’heure de la COP 21

L’art à l’heure de la COP 21

0

commentaire

L’art et l’écologie : vaste sujet, qui a été souvent traité (entre autres dans la belle exposition organisée par le Frac-Lorraine l’an passé, cf http://larepubliquedelart.com/soleil-genereux-sur-le-frac-lorraine/), et auquel la COP 21 donne aujourd’hui une actualité brûlante. Un des artistes dont le travail renvoie le plus aux questions environnementales, Olafur Eliasson, en a d’ailleurs profité pour installer sur la place du Panthéon des morceaux d’iceberg qui fondent à vue d’oeil, cherchant ainsi à alerter sur les dangers du réchauffement climatique sur la fonte des glaciers. Mais son initiative a été vivement critiquée car il a fait venir de Norvège les morceaux d’iceberg en […]

lire la suite .../ ...
Collections très haute couture

Collections très haute couture

2

commentaires

Jacques Doucet/Yves Saint Laurent : deux des plus grands couturiers de leurs époques respectives, mais aussi deux des plus grands collectionneurs d’art du XXème siècle. C’est à cette dernière activité que rend hommage l’exposition qui se tient actuellement à la Fondation Pierre Bergé/Yves Saint Laurent, Vivre pour l’art, en recréant partiellement les demeures dans lesquelles les deux amateurs abritèrent leurs collections : le 33, rue Saint-James à Neuilly pour Jacques Doucet (qui ne put en disposer toutefois qu’un an avant sa mort) et le 55 rue de Babylone pour Yves Saint Laurent, appartement qu’il partagea longtemps avec Pierre Bergé. Mais la confrontation […]

lire la suite .../ ...
Anselm Kiefer: à l’origine, le livre

0

commentaire

Alors que sa grande rétrospective (la première depuis 30 ans) va s’ouvrir très prochainement au Centre Pompidou, Anselm Kiefer a choisi de montrer à la Bibliothèque Nationale une part beaucoup moins connue de son travail, qui en occupe pourtant une place centrale : les livres. Car depuis toujours, l’artiste allemand né juste à la fin de la Guerre à Donaueschingen (la ville qui, sous l’impulsion de Pierre Boulez, entre autres, deviendra le temple de la musique sérielle) a créé des livres et s’est passionné pour la poésie et la littérature. Grand lecteur (il possède une impressionnante bibliothèque), il s’intéresse en particulier […]

lire la suite .../ ...
La douceur et le monde de brutes

La douceur et le monde de brutes

2

commentaires

Il y a trois jours maintenant que la barbarie s’est abattue sur Paris. Trois jours que des gens, majoritairement jeunes, sont morts, simplement  parce qu’ils prenaient un verre, assistaient à un match de foot ou écoutaient un concert et qu’ils prenaient du plaisir à cela. Pendant trois jours, la plupart des musées et des salles de spectacles sont restés fermés, les restaurants et les lieux de divertissement se sont vidés et un silence glaçant, effrayant et seulement rompu par le bruit des sanglots, a pesé sur la capitale. Aujourd’hui la vie reprend, théâtres et galeries rouvrent leurs portes et la […]

lire la suite .../ ...
Wifredo Lam, l’inclassable

Wifredo Lam, l’inclassable

4

commentaires

Parce qu’il a été l’ami et le protégé de Picasso, parce qu’il a été proche de Breton sans toutefois adhérer complètement au mouvement surréaliste ou simplement parce qu’on a juste lu son œuvre à la lueur de ses origines, Wifredo Lam est resté longtemps mal compris. C’est ce qu’explique, en substance, Catherine David, dans les différents textes qui accompagnent la rétrospective qui s’est ouverte il y a peu au Centre Pompidou et dont elle assure le commissariat. Pour dissiper le malentendu, elle organise une exposition à la fois très simple et très synthétique qui montre bien la place singulière qu’a […]

lire la suite .../ ...
L’amour comme une oeuvre d’art…

0

commentaire

L’édition 2015 de La FIAC vient de s’achever et elle a été couronnée de succès puisque plus de 71 000 visiteurs ont été comptabilisés en cinq jours au Grand Palais et que les exposants, sans délirer complètement, ont semblé satisfaits de leurs ventes. Mais elle a aussi donné lieu à certaines critiques car, par manque de places et pour pouvoir accueillir des galeries représentant des continents aujourd’hui incontournables du monde de l’art (comme l’Amérique du Sud), elle a du faire des choix drastiques, dont ont été surtout victimes les galeries françaises. Sur 173 galeries au Grand Palais, celles-ci restaient majoritaires […]

lire la suite .../ ...
Co-Workers, l’art est dans la toile

11

commentaires

Dans le catalogue de l’exposition Co-Workers, le réseau comme artiste, qui vient de commencer à l’ARC (Musée d’art moderne de la ville de Paris), Angeline Scherf, la commissaire de l’exposition, précise que l’idée de celle-ci est née de sa découverte du collectif new-yorkais DIS, un groupe d’artistes qui a mis en ligne une plateforme numérique qui présente une sélection d’initiatives et de textes en relation avec la société de consommation, la mode, l’art, le design, la musique et les différentes tendances liées à la culture internet. « De la même manière, explique-t-elle en substance, que L’Hiver de l’amour, cette mythique exposition […]

lire la suite .../ ...
Présent et avenir à Bruxelles

0

commentaire

Dans un précédent article (cf  http://larepubliquedelart.com/du-passe-lisons-lavenir/), je vous disais tout le bien que je pensais de la passionnante exposition qui se tient au Louvre, d’après l’essai de Jacques Attali, Une brève histoire de l’avenir. Et je regrettais que les commissaires n’aient illustré, au fond, que la première partie du livre, celle qui retrace l’histoire de l’humanité à partir d’une série d’invariants, sans chercher à trouver des équivalents visuels à la partie principale, à savoir celle qui émet des hypothèses sur les années à venir, jusqu’en 2050. C’était sans compter sur un deuxième volet de l’exposition qui s’est ouvert au Musée […]

lire la suite .../ ...